Ce samedi 9 janvier était le deuxième samedi des soldes à Monaco. Dans un contexte sanitaire fragile et dans le but de protéger la population, des contrôles se sont répétés aux abords et au sein de la Principauté.

Foule dans les magasins, sachets par dizaine. Fini est le temps où les soldes étaient source de déchaînement. En 2021, la Covid-19 freine les ardeurs. Freiner justement, était la mission des autorités monégasques ce week-end. Pour éviter brassage ou affluence au sein des parkings, commerces ou espaces publics, ils ont redoublé de contrôles aux abords des frontières et en gare de Monaco.

Les soldes ayant été reportées au 20 janvier en France, les clients Français étaient attendus en nombre. Si l’ensemble des commerces sont accessibles aux visiteurs, les policiers monégasques peuvent restreindre les accès aux personnes non-résidentes qui ne seraient pas en mesure de justifier d’une raison impérieuse d’entrer sur le territoire.

La réalité est que l’on fait des soldes intra-muros avec les gens qui sont chez nous à Monaco

Nicolas Matile-Narmino, Président de l’Union des Commerçants et Artisans de Monaco

Des clients extérieurs absents

Malgré un pic de circulation entre midi et 14 h, ce samedi 9 janvier, ainsi que 119 véhicules éconduits à la frontière de Cap d’Ail ; « Les soldes n’ont pas attiré autant de personnes que ce qu’on pouvait imaginer » a confié Laurent Braulio, chef de la police urbaine et responsable du dispositif de régulation à nos confrères de Nice-Matin.

Un fait confirmé par le Président de l’Union des Commerçants et Artisans de Monaco, Nicolas Matile-Narmino, qui a réagit au nom des commerçants sur Monaco Info : « Ce n’est pas blindé de monde. Les gens ne font pas la queue devant les magasins. »