Cela va faire plus de 2000 ans que des vestiges se cachaient au fond de l’eau.

C’est à seulement quelques dizaines de mètres au large de la pointe de Sainte-Hospice, à Saint-Jean-Cap-Ferrat, qu’une pièce d’ancre datant de l’antiquité a été retrouvée par l’association Anao l’aventure sous-marine et la Commission scientifique de la Fédération monégasque des activités subaquatiques.

C’est donc le 22 mai qu’a débuté la mission de prospection archéologique « Arion » de l’association Anao et la Commission scientifique de la Fédération monégasque des activités subaquatiques.

La mission s’est terminée le samedi 5 juin avec un véritable succès. Les plongeurs ont sorti de l’eau un jas d’ancre en plomb, une amphore provenant de Pompéi quasiment intacte et des cols d’amphores à vin ont été retrouvés par les plongeurs.

Des épaves de navires datant de l’antiquité

Ce sont deux navires de la Grèce antique qui ont sombré et ont laissé les vestiges près de la pointe de Sainte-Hospice. Une zone périlleuse pour l’époque qui se veut encore dangereuse pour les navigateurs d’aujourd’hui.

La première épave grecque recherchée est datée du 5e siècle avant J.C. Découvert il y a trente ans, ce naufrage n’a jamais étudié scientifiquement dans son ensemble.

La seconde épave grecque est datée du 3e siècle avant J.C. Elle a été mise au jour après la Seconde guerre mondiale. Ce navire était chargé à l’époque de sa découverte d’amphores à vin dites gréco-italiques.

Après leurs découvertes, les vestiges ont été apportés dans les bacs de rinçage du port de la Darse à Villefranche-sur-Mer où ils seront étudiés dans les prochains mois.