L’entraîneur de Rumilly-Vallières (National 2) a été invité par l’AS Monaco à passer trois jours au sein du club monégasque. Quelques semaines après la demi-finale de Coupe de France entre les deux clubs, remportée par l’ASM (1-5), Fatsah Amghar a recroisé la route de Niko Kovac. Une expérience enrichissante, que le natif de Saint-Etienne n’est pas prêt d’oublier.

Depuis la demi-finale entre l’AS Monaco et Rumilly-Vallières, qui avait réalisé un parcours exceptionnel la saison dernière en Coupe de France, les deux clubs ont noué des liens. Alors que les joueurs du club de quatrième division étaient tous repartis avec un maillot de l’un des joueurs de l’AS Monaco, c’est au tour de l’entraîneur de l’équipe, Fatsah Amghar, d’avoir été récompensé par le club de la Principauté. L’entraîneur de Rumilly-Vallières a en effet été invité à passer trois jours à La Turbie, dans le nouveau centre de performance de l’ASM. Et quand les conditions sanitaires le permettront, le technicien pourra même venir assister à un match au stade Louis II. En attendant, il nous a fait part de ses impressions. Extraits.

Fatsah, parlez-nous de ces trois jours passés au plus près du staff monégasque ?

Le club m’avait fait parvenir le programme la vieille. Quand je suis arrivé, je me suis rendu compte du travail que cela pouvait demander, notamment le jeudi, avec une journée à deux entraînements, le matin et l’après-midi. J’ai pu me rendre compte de l’exigence du staff, tout en me rapprochant de l’organisation. Ce qui m’a frappé, ce sont les infrastructures. Le bâtiment est flambant neuf. On ressent le très haut niveau. J’ai également eu la chance de côtoyer les personnes les plus importantes du club, que ce soit Paul Mitchell (directeur sportif), James Bunce (directeur de la performance) ou Lawrence Stewart (directeur technique). Et bien sûr Niko Kovac.

J’ai également assisté aux séances d’entraînement en portant un regard attentif à la tactique.

Justement, qu’avez-vous appris à ses côtés ?

Travel Club Monaco

J’ai pu l’observer durant ces trois jours, dans son fonctionnement mais surtout dans sa relation avec son staff technique. Ce sont des aspects que l’on ne peut pas vraiment voir en match. J’ai également assisté aux séances d’entraînement en portant un regard attentif à la tactique. Il m’a fait part de ses principes, de sa vision du football. Cela a été très bénéfique pour moi.

>> À LIRE AUSSI : 5 choses à savoir sur Ismail Jakobs, dernière recrue de l’AS Monaco

Et personnellement, il est comment le coach ?

Franchement, à l’image du club. Très accueillant. Il est simple, facile d’accès et surtout très souriant. Il m’a rapidement mis à l’aise, car ce n’est pas toujours évident d’arriver dans un club professionnel, surtout à l’AS Monaco, un club mythique. J’ai eu la chance de déjeuner avec lui et de discuter longuement.

Je suis supporter des Verts, mais aujourd’hui, on va dire que mon deuxième club de coeur est l’AS Monaco.

Pourriez-vous appliquer les conseils de Niko Kovac à votre équipe ?

Tout dépend de notre effectif. Mais je pense que je serais amené à mettre en place certains de ses principes dans mon équipe. Il y a des aspect qui sont similaires avec la vision que j’ai du football. Cela me conforte dans mes choix et mes idées. Ces trois jours m’ont énormément apporté. C’est une expérience enrichissante.

Allez-vous suivre attentivement l’AS Monaco désormais ?

Je suivais déjà l’équipe avant la demi-finale de Coupe de France. C’est une formation que j’aimais bien. Et après la rencontre de Coupe de France, cela m’a conforté dans mon idée car le club a joué le jeu en étant classe avec nous. Nous avons pu échanger à l’issue de la rencontre, prendre des photos. Mais c’est sûr qu’avec ce stage, je vais encore plus suivre l’AS Monaco la saison prochaine. Je suis natif de Saint-Etienne, je suis supporter des Verts, mais aujourd’hui, on va dire que mon deuxième club de coeur est l’AS Monaco (sourire).