Alors que Quentin Antognelli (aviron) s’est distingué ce dimanche sous le regard du Prince Albert II, Xiaoxin Yang (tennis de table) et Cédric Bessi (judo) font leur entrée en lice ce lundi à Tokyo. En natation, Claudia Verdino a connu une terrible désillusion en étant disqualifiée lors des séries du 100m brasse.

Fortunes diverses pour les Monégasques à Tokyo. En présence du Prince Albert II, venu encourager la délégation monégasque tout au long du week-end, Quentin Antognelli a terminé quatrième de son quart de finale (7:29.99), au terme d’une course marquée par les performances des intouchables Kjetil Borch et Stefanos Ntouskos.

>> À LIRE AUSSI : Jeux Olympiques : Les athlètes monégasques et le Prince Albert II sont arrivés à Tokyo

« L’Italien Gennaro Di Mauro (3e) est plus puissant et plus costaud, confiait le skiffeur monégasque à l’issue de la course. Sur la fin, j’arrive à bien relancer. Je suis monté en puissance. » Antognelli jouera sa place en finale C ou D ce jeudi.

Claudia Verdino disqualifiée du 100m brasse

Avec un chrono en 1.14.79, Claudia Verdino avait fait une belle course ce dimanche dans la piscine olympique de Tokyo. Mais dans la série 2 du 100m brasse, la déception était au rendez-vous pour la nageuse monégasque, disqualifiée à cause d’une ondulation irrégulière. « Je suis forcément déçue, je suis assez incrédule et j’ai beaucoup d’amertume. »

Travel Club Monaco

Xiaoxin Yang entre en piste…

Porte-drapeau de la délégation monégasque à Tokyo et principale chance de médaille pour la Principauté, Xiaoxin Yang s’apprête à débuter la compétition. Exemptée du tour préliminaire et du 1er tour en raison de son classement mondiale (44e), la pongiste est prête à en découdre. Elle sera opposée à la Bulgare Trifonova pour son entrée en lice. « Je suis très motivée pour cette première rencontre. Je suis en confiance, physiquement tout va bien. J’ai très envie de jouer et de porter haut les couleurs de Monaco. »

…Cédric Bessi aussi

En judo, Cédric Bessi (-73kg) affronte Lucas Diallo (Burkina-Faso). Un adversaire qu’il connaît bien. « Je m’entraîne avec lui sur Paris et je me suis déjà échauffé contre lui lors des championnats du monde, souffle-t-il. Ici, il faudra entrer sur le tatami en n’ayant aucun état d’âmes. » Le message a le mérite d’être clair.