Le pilote monégasque a terminé septième d’un Grand Prix mouvementé marqué par le duel au sommet entre Lewis Hamilton (Mercedes) et Max Verstappen (Red Bull), remporté par le premier.

Parti depuis la quatrième place sur la grille, Charles Leclerc (Ferrari) pouvait nourrir quelques regrets à l’arrivée du Grand Prix d’Arabie Saoudite, qu’il a achevé à la septième place, juste devant son coéquipier Carlos Sainz (Ferrari). « Je pensais que la voiture de sécurité allait être une bénédiction, puis il y a eu le drapeau rouge, qui nous a fait perdre pas mal de places, a-t-il expliqué à l’issue de la course. Et après le restart, avec les durs, j’ai eu beaucoup de mal…»

À une manche du terme, Leclerc est cinquième au championnat du monde

Dans un Grand Prix qui a connu deux drapeaux rouges pour des sorties de piste impressionnantes, les pilotes ont connu plusieurs relances de course, avec trois départs au total. Ce qui n’a pas souri au Monégasque. « Je perdais des positions à chaque fois avec les durs, après, j’ai essayé de reprendre ce qu’on a perdu. Mais ce n’était pas assez. »

>> À LIRE AUSSI : F1 : Charles Leclerc, Carlos Sainz Jr, qui terminera devant à l’issue de la saison ?

Avec une septième place à l’arrivée, Charles Leclerc a manqué l’occasion de signer un top 5. « C’est dommage car la performance était vraiment bonne, a-t-il confié. On a vu ça dans le premier relais. » Une septième place qui permet néanmoins à Leclerc de s’emparer de la cinquième place au championnat du monde (158 points), à une manche du terme.

La Scuderia Ferrari (307,5 points), quant à elle, est sauf surprise assurée de terminer à la troisième place du championnat du monde des constructeurs (McLaren, quatrième, compte 269 points). Lewis Hamilton et Max Verstappen, eux, comptent le même nombre de points (369,5 points) avant le dernier Grand Prix de la saison qui se déroulera à Abu Dhabi le week-end prochain.