Son yacht avait déjà été saisi et vendu aux enchères par l’Etat italien.

Douze ans d’attente et six procès. Le 26 janvier dernier, Flavio Briatore était définitivement relaxé, à l’issue d’un procès-fleuve pour fraude fiscale. Désormais blanchi, le résident monégasque et ancien patron de l’écurie Renault en Formule 1 a obtenu des juges l’annulation de la confiscation de son yacht de 63 mètres : le Force Blue.

Problème : le yacht en question, d’une valeur estimée à 20 millions d’euros, avait été saisi en 2010 par la police italienne et revendu aux enchères pour trois fois moins cher à Bernie Ecclestone, ami de Briatore et ancien patron du groupe Formula One. Se pose donc la question de la récupération de la valeur du yacht. « Le nouveau propriétaire du yacht et Briatore ont le droit d’exiger une compensation adéquate », a réagi Massimo Pellicciotta, avocat de Briatore, auprès de l’agence de presse Ansa.

La police avait confisqué le yacht il y a douze ans, au large des côtes italiennes. La question de la propriété du Force Blue était au centre de l’affaire, puisqu’une société des îles britanniques l’aurait loué à Briatore, accusé depuis d’avoir indûment soustrait plus de 3,6 millions d’euros de TVA à l’importation et plus de 800 000 euros de taxes sur le carburant entre 2006 et 2010.

En parallèle, les juges de la Cour d’Appel de Gênes ont aussi annulé la condamnation de l’homme d’affaires à 18 mois de prison, prononcée en 2018.

LIRE AUSSI : Pour Bernie Ecclestone, la Scuderia Ferrari devrait recruter Flavio Briatore