Dans une interview accordée à Monaco Info, le directeur général exécutif du Monaco Economic Board (MEB) est revenu sur les conséquences du conflit entre la Russie et l’Ukraine pour la Principauté.

Alors que l’offensive russe en Ukraine entame son septième jour ce mercredi, l’économie mondiale est toujours remise en question. Et la Principauté, solidaire de la communauté internationale, n’échappe évidemment pas à la règle.

« Les échanges commerciaux avec l’Ukraine et la Russie sont au point mort, affirme Guillaume Rose, fin connaisseur de la Russie pour avoir traité de nombreux dossiers lorsqu’il était à la tête de la direction du tourisme et des congrès. Tous les liens que nous avions bâti avec la Fédération de Russie depuis 2015 et même bien avant sont aujourd’hui mis à plat. »

Les entreprises monégasques dans le trading et le pétrole fortement impactées

Parmi les secteurs les plus touchés, les entreprises monégasques dans le trading et le pétrole seraient déjà « fortement impactées », ce qui conduit actuellement le tissu économique monégasque à trouver des « solutions alternatives. »

Dans l’ensemble, si les échanges entre les entreprises monégasques et les autres pays sont extrêmement importants, notamment avec l’Europe de l’Ouest et l’Afrique, ils restent relativement marginaux avec la Russie.

LIRE AUSSI : Trois questions sur le conflit russo-ukrainien et Monaco

Mais pour Guillaume Rose, l’éloignement entre les deux pays se fera surtout ressentir d’un point de vue social. « L’histoire entre Monaco et la Russie remonte à la fin du XIXe siècle. Le lien a toujours été fort entre les deux pays et nous sommes aujourd’hui déchirés de voir ce lien se distendre. »

Preuve avec est avec ces déplacements prévus à Saint-Pétersbourg, en avril pour accompagner les Ballets de Monte-Carlo, et en juin avec le Monaco Economic Board, tous les deux annulés. « Nous espérons un jour retourner en Russie, mais dans une Russie différente. »