À un peu plus d’un mois du coup d’envoi des courses de l’Automobile Club de Monaco, l’ensemble du corps des commissaires s’est mobilisé ce week-end pour la traditionnelle répétition générale.

Trois courses seront cette année programmées sur le circuit de la Principauté. Le Monaco E-Prix (30 avril), le Grand Prix de Monaco Historique (13-15 mai) et le Grand Prix de Monaco de Formule 1 (26-29 mai). Et comme il est de coutume chaque année, les 650 bénévoles présents sur les courses de l’ACM se son réunis pour une grande session de formation basée sur trois thèmes principaux.

1. Avec une intervention feu aux côtés des sapeurs-pompiers de Monaco

Après avoir testé leurs réflexes et leurs aptitudes physiques sur un parcours du combattant (franchissement de pneus, équilibre sur des poutres, tractage de lests,…) les commissaires se sont retrouvés sur la digue pour un test grandeur nature : la fameuse intervention feu et extraction du pilote, au programme du stage depuis quinze ans. Sur les précieux conseils des sapeurs-pompiers de Monaco, les commissaires ont pu retravailler les bons gestes pour gagner en efficacité et en maîtrise.

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Jean-Michel Matas, le « boss » des Commissaires de l’Automobile Club de Monaco, c’est lui

L’objectif est simple, évacuer les pilotes de leur monoplace dans un délai qui doit être le plus court possible, afin d’éviter des séquelles graves. Pour parfaire cet entraînement, les commissaires seront également soumis à la maîtrise du feu issu du méthanol, un combustible invisible et présent dans l’essence de cinq voitures du Grand Prix Historique. Le maniement des extincteurs, primordial dans ce type d’accident, a donc été au coeur de la formation.

2. Avec une formation théorique sur les risques électriques

Les commissaires ont également pu bénéficier d’une formation pointue sur les risques électriques encourus avec les monoplaces en Formule 1 et Formule E.

LIRE AUSSI : Monaco E-Prix 2022 : places disponibles à 30€, gratuit pour les enfants

Et pour se rapprocher des conditions du réel, les lumières leds ont été installées sur l’une des voitures test, afin de reproduire le système de couleurs (vert/rouge/bleu) mis en place sur les monoplaces. Ces lumières permettent en effet d’informer le personnel d’interventions sur la dangerosité ou non du risque électrique en cas de problème.

3. Avec un atelier maniement des différents drapeaux

Dimanche, lors du dernier temps fort du week-end, les commissaires ont travaillé la manipulation des drapeaux. Dans cet atelier, différents scénarios de course ont été étudiés afin de travailler spécifiquement l’application des règles de signalisation en piste.

LIRE AUSSI : Réservez vos places pour les Grands Prix de Monaco 2022

Pour rappel, pas moins de dix drapeaux ont une signification sur chaque Grand Prix. Du drapeau jaune signalant un danger et une interdiction de dépasser, au bleu pour laisser une voiture plus rapide passer, en passant par le drapeau rouge signifiant l’interruption de la course ou encore le drapeau à damier pour marquer l’arrivée de la course.

Le saviez-vous ? Pour ceux qui souhaiteraient intégrer le corps des commissaires de l’ACM, un formulaire de candidature en ligne est disponible. Les inscriptions pour les épreuves piste de l’année 2023 débuteront le lundi 5 septembre 2022.