Publicité »
Publicité »
Tribune

« Le sport, une réponse pour la paix »

Peace-and-Sport
Peace and Sport/Aleksandr Abramenko (UKR) et Ilia Burov (RUS) se tombent dans les bras lors des derniers JO d'hiver de Pékin. Un acte de fraternité.

Peace and Sport publie ce vendredi une tribune signée par 90 athlètes, représentant 33 disciplines sportives différentes venant d’une vingtaine de pays, afin d’apporter une réponse de paix par le sport suite au conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine.

Publicité

Peace and Sport lance aujourd’hui un appel à la fraternité en demandant à chacun de manifester son engagement en faveur du dialogue en brandissant sa #WhiteCard, symbole de la paix par le sport.

Il y a à peine quelques jours, qui paraissent aujourd’hui si loin, un petit geste de fraternité sportive a marqué la cérémonie de remise des médailles de l’épreuve de saut à ski acrobatique des Jeux Olympiques de Pékin : l’Ukrainien Oleksandr Abramenko, après avoir décroché la première médaille de son pays, a longuement pris dans ses bras son concurrent, Ilia Burov, représentant de l’équipe du Comité Olympique de la Russie (ROC).

Une étreinte symbolique sur le podium, passée probablement inaperçue auprès du plus grand nombre. Quelques jours après, les chars russes franchissaient la frontière entre les deux pays et le choix des armes était préféré à celui du dialogue.

Depuis, de nombreuses sanctions ont été prises tant dans les domaines économiques, financiers que militaires et les institutions mondiales du sport ont ajouté légitimement leurs propres mesures d’exclusion contre cette violation inacceptable du droit international et cette attaque contre un Etat souverain.

Faut-il pour autant oublier la portée symbolique de l’accolade entre Abramenko et Burov?

Ce serait oublier la force du sport et sa capacité à rassembler et bouger les lignes ; ce serait oublier que le sport, dans sa neutralité, son équité et son universalité, est un vecteur formidable pour créer le dialogue et favoriser la paix. Ce serait oublier, qu’au-delà des murs qui se multiplient et des balles qui tuent, il existe une communauté mondiale de la paix par le sport qui partage les mêmes valeurs et qui croit à l’efficacité de la « soft diplomacy ». Et qui exerce une influence croissante sur la vie des sociétés.

Ces dernières années sont riches d’exemples et d’initiatives en tous genres qui ont permis de dépasser les discours de haine, de division et d’apporter des solutions, sur différents continents, dans des zones de conflits, de catastrophes ou de grande pauvreté.

Cette communauté mondiale de la paix par le sport peut et doit jouer un rôle utile dans la crise actuelle, en prenant des initiatives concrètes. Sans attendre. Et en s’appuyant notamment sur les Champions, exceptionnels prescripteurs d’opinions.

Peace and Sport est un artisan de paix depuis 15 ans et s’appuie sur l’action des sportifs et Champions de la Paix dans le monde. L’aura de ces athlètes leur permet de porter l’espoir auprès des peuples mais aussi d’interpeller les décideurs. Pensons par exemple au Vice-Président de Peace and Sport, Didier Drogba, qui à travers l’appel de Khartoum en 2005, a déclenché avec ses coéquipiers le processus de paix en Côte D’ivoire. Et ces dernières heures, ce sont encore d’avantage d’athlètes du monde entier, y compris de Russie et d’Ukraine, qui ont pris part à de multiples actions symboliques, en marquant les esprits par leur exemple.

Face à la violence des combats, le mouvement sportif s’est mobilisé et il a fait entendre sa voix. Peace and Sport souhaite rendre hommage à l’engagement immédiat du monde du sport en faveur de la paix. Cette mobilisation ne doit pas faiblir. Chacun peut agir à son niveau. « Faites votre petite part de bien là où vous êtes ; ce sont ces petites parts de bien mises ensemble qui submergent le monde » rappelait le Lauréat sud-africain du prix Nobel de la paix en 1984 Desmond Tutu.

SIGNER LA TRIBUNE