Interview

Croix-Rouge Monégasque : « On n’a pas à rougir de l’élan de solidarité de la population vis-à-vis de l’Ukraine »

cours-de-français-à-la-crm
Croix-Rouge Monégasque

L’antenne monégasque de la Croix-Rouge a récolté plus d’1,7 million d’euros de dons.

C’était il y a déjà cinq mois. Le 24 février dernier, la Russie entrait en guerre contre l’Ukraine, donnant lieu à une fuite massive de la population ukrainienne, mais aussi à un élan de solidarité exceptionnel.

yann-bertrand
Yann Bertrand – © Croix-Rouge Monégasque

La Croix-Rouge Monégasque n’a pas dérogé à la règle. En ayant mis tout de suite en place un appel aux dons, l’association partage avec nous un premier bilan de ses actions, financées grâce à la générosité de la population.

« La Croix-Rouge a apporté une réponse en trois temps, ce qui nous a permis d’être très rapides pour aider les personnes touchées par ce conflit, nous explique Yann Bertrand, Directeur Administratif de la Croix-Rouge Monégasque. D’abord avec un soutien financier apporté auprès du mouvement international. »

Et pour cause : avec plus d’1,7 million d’euros de dons récoltés pour cette crise, l’antenne de la Principauté a pu soutenir le Comité International de la Croix-Rouge (qui intervient dans les pays en conflits) à hauteur de 650 000 euros et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge (qui prend en charge les flux de population qui ont fui) à hauteur de 300 000 euros. 25 000 euros ont également été versés à l’ONU Sida ; cette opération doit être prochainement renouvelée.

« Notre appel aux dons a eu une réponse incroyable auprès de la population, commente Yann Bertrand. Il y a eu une belle empathie des Monégasques et des résidents. »

LIRE AUSSI : Fight Aids Monaco et la Princesse Stéphanie, solidaires de l’Ukraine

Soutenir les familles venues à Monaco

valerie-corporandy
Valérie Corporandy – © Croix-Rouge Monégasque

L’aide financière ne fait pas tout. En Principauté, les équipes de la Croix-Rouge ont dû s’organiser rapidement, pour gérer les familles qui ont fui le pays et qui, naturellement, se sont rapprochées de l’association. Si la plupart de ces personnes ont pu être hébergées par des proches établis à Monaco, la Croix-Rouge a tout de même, avec l’aide du Gouvernement Princier, assuré un soutien logistique et financier, ainsi qu’une aide pour les démarches administratives.

« On continue d’avoir des familles qui arrivent aujourd’hui, souligne Valérie Corporandy, chargée de la section sociale de la Croix-Rouge Monégasque. Certaines se stabilisent à Monaco, d’autres vont dans les communes limitrophes. A l’heure actuelle, ce sont 458 personnes – principalement des femmes et des enfants – qui ont été soutenues par la Croix-Rouge Monégasque. 260 d’entre elles sont restées en Principauté, les autres sont dans les Alpes-Maritimes. »

LIRE AUSSI : Résidentes, réfugiées… Ces Ukrainiennes de Monaco racontent leur expérience

Et bien que la question du logement de toutes ces familles fasse l’objet d’une nouvelle réflexion, pas question de les laisser livrées à elles-mêmes. L’association a mobilisé pas moins de 75 000 euros pour leur fournir des tickets services (bons alimentaires et produits d’hygiène, tickets de bus, titres de transport…).

En parallèle, la Croix-Rouge et ses partenaires ont assuré la scolarisation rapide des enfants, le suivi médical des réfugiés, l’inscription en crèche des nouveau-nés, ainsi que des ateliers pour enfants (à l’instar d’un atelier jardinage au Jardin Exotique). Une cellule d’écoute est également à disposition des familles.

atelier-jeunes-pousses
© Croix-Rouge Monégasque

« Tous les partenaires se sont mobilisés et ont été très réactifs, se réjouit Yann Bertrand. Le but est d’associer au maximum ces familles à ce qui se fait ici, à Monaco. D’ailleurs, le Gouvernement est un interlocuteur privilégié et très particulier. Il a su mettre les moyens et agir de manière très rapide, comme avec la scolarisation des enfants. Nous pouvons être fiers de la gestion de cette crise à Monaco : nous avons vu que nous sommes souples, que nous savons nous adapter. »

Et pour face à la barrière de la langue, principale difficulté rencontrée par la Croix-Rouge, des interprètes se sont mobilisés. En parallèle, 70 réfugiés prennent des cours de français, grâce à une collaboration avec l’Alliance française.

Intervenir sur le terrain

Dernier volet d’envergure : aller directement sur le terrain, pour fournir un soutien logistique sur place. Les équipes des Croix-Rouge Monégasque et Italienne se sont rendues en Roumanie, à la frontière, pour soutenir au maximum les interventions sur le territoire ukrainien.

hub-logistique-roumanie-croix-rouge-monegasque
© Croix-Rouge Monégasque

« Nous avons eu beaucoup de volontaires, témoigne Yann Bertrand. Mais ce n’est pas partir à l’aventure : il faut être formé pour cela. » « Les bénévoles ont aussi été très nombreux pour donner un coup de main au vestiaire de la Croix-Rouge, qui permet aux réfugiés de prendre des vêtements de manière périodique », complète Valérie Corporandy.

LIRE AUSSI : Ukraine : Un couple de Monaco crée un groupe Facebook pour aider les réfugiés

Prochaine étape, développer une quatrième action, portée sur la reconstruction du pays, une fois que le conflit sera terminé. D’ici là, la Croix-Rouge peut toujours compter sur les dons qui, même après plusieurs mois, continuent d’affluer : « Les gens viennent encore donner régulièrement, affirme Yann Bertrand. On n’a pas à rougir de l’élan de solidarité de la population et des résidents monégasques. On est arrivés à plus d’1,7 million d’euros récoltés, pour 40 000 habitants. Je pense qu’on fait partie des populations les plus généreuses. »

Pour continuer de soutenir la Croix-Rouge Monégasque dans ses actions en faveur de l’Ukraine, vous pouvez faire un don :

Par chèque à : Croix-Rouge Monégasque – Ukraine – 27 Boulevard de Suisse – 98000 Monaco

En Ligne : sur le site officiel de la Croix-Rouge Monégasque.

Pour devenir bénévole, il vous suffit de vous rendre sur place, au 27 Boulevard de Suisse.