Publicité »
Interview

Zoom sur le Centre de Coordination Gérontologique de Monaco, guichet unique pour les personnes âgées de la Principauté

centre-coordination-gerontologique-monaco
DR

Le CCGM coordonne l’action des services médico-sociaux acteurs du réseau gérontologique de Monaco.

philippe-migliasso
Philippe Migliasso – DR

Le projet était résolument avant-gardiste. En 2006, le Centre de Coordination Gérontologique de Monaco (CCGM) ouvrait ses portes au public, anticipant ainsi un changement majeur dans notre société : l’allongement de l’espérance de vie sans précédent de la population. Le XXIe siècle étant considéré comme le siècle du vieillissement, avec 15 ans de vie supplémentaires gagnés en cinquante ans, il a fallu trouver rapidement une solution pour répondre aux besoins spécifiques de cette population. Focus sur le CCGM et ses missions, premier article de notre dossier consacré à la vie des séniors en Principauté.

Publicité

« La mission du CCGM est de faciliter l’accès à l’information médico-sociale, nous explique son coordonnateur, Philippe Migliasso. Il s’agit d’un guichet unique à destination de toute personne âgée de plus de 60 ans, résidente à Monaco, ou à un aidant familial. Le CCGM est un lieu d’accueil, où la personne âgée rencontre toute une équipe médico-sociale, composée d’un médecin gériatre, de deux infirmières, de trois assistantes sociales, d’une infirmière de liaison et d’une secrétaire. »

Proposer un bilan complet individualisé

L’objectif est donc de coordonner l’action des services médico-sociaux qui peuvent venir en aide à la personne âgée en Principauté, pour faciliter ses démarches, et faciliter le soutien à domicile à partir d’un bilan individualisé pour cibler au maximum la demande : « Quand une personne âgée ou un aidant nous sollicitent, nous réalisons un entretien guidé. Par exemple, si une personne souhaite une aide pour faire ses courses, cela veut dire qu’elle n’est pas en capacité de les faire elle-même, il est donc intéressant de savoir pourquoi elle ne le peut pas. Est-ce que c’est lié à un problème physique ? À un problème cognitif ? Quelle est la difficulté ? Y a-t-il eu des chutes, une dénutrition ? A partir de tous ces éléments, l’équipe pluridisciplinaire va donner une priorité médicale ou sociale à la demande. Ensuite, le médecin gériatre va procéder à une évaluation gérontologique standardisée, au cours de laquelle vont être observées les dimensions physique, psychologique, sociale et environnementale de la personne », détaille Philippe Migliasso.

Une fois le bilan établi, la personne reste décisionnaire de son plan d’aide et peut bénéficier de tout un maillage de compétences, financé par l’assurance maladie pour le volet médical et par la prestation d’autonomie, pour l’accompagnement dans les actes de la vie quotidienne. « La prestation d’autonomie a été créée en 2007, elle s’adresse à toute personne âgée résidant en Principauté de plus de 60 ans. Elle participe au financement de l’aide face à la perte d’autonomie. Elle est évolutive et proportionnelle à ses revenus », explique Philippe Migliasso.

Publicité »

LIRE AUSSI : Premier bilan du scanner révolutionnaire du Centre cardio-thoracique de Monaco

Prévenir la perte d’autonomie

virginie-van-klaveren
Virginie Van Klaveren – © Direction de la communication

Car la dépendance est justement la problématique principale à laquelle peut confronter le vieillissement de la population, et qui représente près de 95% des demandes du CCGM, selon Philippe Migliasso : « Nous faisons du dépistage de la fragilité de la personne, pour éviter ou retarder la perte d’autonomie. L’allongement de l’espérance de vie n’a d’intérêt que si elle est accompagnée d’un vieillissement en bonne santé. Vieillir, n’est pas une maladie, mais un processus physiologique qui concerne chaque individu. »

« Ce dépistage contribue au maintien de la personne âgée à domicile, qui bénéficie de tout un arsenal médico-social adapté à sa disposition », complète Virginie Van Klaveren, chef de section à la Direction de l’action sanitaire.

Avec plus de 800 personnes suivies chaque année, âgées de 85,9 ans en moyenne, le CCGM fait donc office de véritable phare pour les séniors et leurs proches. Présent depuis l’ouverture du Centre il y a maintenant 16 ans, Philippe Migliasso souligne l’intérêt de cette vision directe, sur le terrain, dans le contexte de vie, afin d’assurer le meilleur accompagnement possible. Les résidents suivis bénéficient d’une évaluation annuelle, sauf si la perte d’autonomie s’est aggravée entre-temps. Alors, le bilan est avancé.

Publicité »

Disponible du lundi au vendredi de 9 heures à 17 heures, l’équipe du Centre travaille en étroite collaboration avec les instances sanitaire et sociale monégasques et le service des séniors et de l’action sociale de la Mairie de Monaco.

« L’important, c’est de ne surtout pas attendre le dernier moment pour s’adresser au Centre », conclut Virginie Van Klaveren, qui rappelle que les évaluations en amont restent le meilleur moyen de prévenir une perte d’autonomie plus importante et l’apparition d’éventuelles pathologies plus lourdes et complexes à prendre en charge.

Plus d’infos :

  • Centre de Coordination Gérontologique de Monaco :
  • 18 Rue Princesse Florestine, 98000 Monaco
  • +377 98 98 42 03
Privacy Policy