Interview

Les Sites Grimaldi #3 : Peille, le « poumon vert » de Monaco

Peille village
Peille village vu de la chapelle Saint-Roch © Sites historiques Grimaldi de Monaco

À seulement 10 kilomètres de Monaco, la commune de Peille entretient des liens étroits avec la Principauté depuis plus de 800 ans. 

À l’entrée de ce village authentique aux vieilles pierres médiévales, ce panneau évocateur : « Site historique Grimaldi de Monaco ». Cette inscription signifie que la commune de Peille est liée à Monaco par son histoire. Saviez-vous par exemple, que le Rocher lui a appartenu ? « En 1 179, nous avons cédé le Rocher aux Génois, ce qui a permis, plus tard, à la famille Grimaldi de régner sur la Principauté. C’est incroyable de se dire qu’il y a 800 ans, Peille s’étendait sur le Rocher de Monaco », réagit le maire Cyril Piazza. 

Du haut de ses 1 148 mètres d’altitude, Peille est le « poumon vert » de la Principauté. Si à une époque, la ville était une terre agricole pour Monaco, c’est aujourd’hui le havre de paix d’une bonne poignée de résidents monégasques. « Sur les 600 résidences secondaires, environ 500 sont occupées par des résidents monégasques », confirme celui qui a récemment été élu Président de l’Association des Sites historiques Grimaldi. Le Prince Rainier III et de la Princesse Grace avaient eux-mêmes acquis un domaine de 56 hectares à Roc Agel sur les hauteurs de Peille en 1957.

De Léo Ferré à Mary Garden

« Ma commune, on ne peut pas la dissocier de Monaco », assure le maire. La proximité culturelle a en effet laissé des témoignages, à commencer par la somptueuse décoration baroque de l’église Sainte-Marie de l’Assomption, dont le retable du maître-autel a été peint par un peintre de Monaco, Antoine de Lima. 

Retable peint par Antoine de Lima © Sites historiques Grimaldi de Monaco

En 1989, le Prince Rainier III a également fait don d’un orgue « d’une grande valeur » provenant de la chapelle du Palais Princier. Et la paroisse de Peille, bien qu’appartenant au diocèse de Nice, est administrée par l’archidiocèse de Monaco. 

Mais ce n’est pas tout : « Léo Ferré aimait venir à Peille prendre du bon temps », confie Cyril Piazza. Il a d’ailleurs écrit une chanson sur la commune dans laquelle il évoque notamment le restaurant « Chez Cauvin Nana » – qui existe toujours – et dont les farcis et raviolis ont laissé un goût de réconfort aux papilles de l’artiste monégasque d’origine française. C’est désormais sur la place Carnot qu’une plaque de bronze immortalise le coup de cœur prolongé de Léo Ferré avec Peille.

« Quant à Mary Garden, qui était cantatrice à l’opéra de Monaco dans les années 1920, elle nous a offert le monument aux morts. » Son nom a été donné à la place où se dresse le monument, à l’école de musique du village et à un square.

Monaco : premier bassin d’emploi 

Si le village verdoyant fut le terrain agricole de la Principauté jusqu’au début des années 1900, la Principauté représente pour Peille le premier bassin d’emploi aujourd’hui. « Ici, tous les habitants ont, parmi leurs proches, quelqu’un qui travaille à Monaco, un grand-père qui a été croupier ou autre. On a même un bus qui va à Monaco maintenant, depuis le mois de juillet dernier. C’est fabuleux », sourit Cyril Piazza.

Aussi, « par l’intermédiaire de Monaco Media Diffusion (MMD), l’intégralité des sites de diffusion d’RMC était sur notre commune. On a la chance d’avoir ce centre émetteur Lucien Allavena. Cela représente des reversions et de l’emploi sur la commune, comme c’est le cas avec le Monte-Carlo Golf Club », reconnaît volontiers le maire. 

Ça roule côté sport 

Parce que les liens entre Peille et Monaco sont aussi sportifs. « Le Monte-Carlo Golf Club est sur notre territoire et le Rallye Monte-Carlo passe par Peille, indique l’élu. C’est ma jeunesse ! J’ai des souvenirs magnifiques de cet événement. Et lorsque le VTT s’est développé notamment en descente, c’est l’Union Cycliste de Monaco qui était partenaire et qui a aidé nos champions du monde peillois, Nicolas Vouilloz et Fabien Barrel, à se déployer. Nous devons ce succès à l’investissement du Prince qui a toujours été passionné de sport. »

À ce sujet, il n’est pas rare de voir de grands noms de la discipline sur la commune. « Tous les cyclistes professionnels qui résident à Monaco viennent s’entraîner sur notre territoire. Tout à l’heure j’ai encore croisé Victor Langellotti qui est quasiment tous les jours sur nos routes », s’enthousiasme celui qui a été sacré plusieurs fois Champion National Cycliste des Élus. 

Le Couple Princier citoyens d’honneur

C’est un moment « d’émotion » qui a marqué la commune. Le 6 avril 2019, le Prince Albert II et la Princesse Charlène ont reçu la citoyenneté d’honneur. Une manière pour le maire de remercier la Famille Princière pour ses actions en faveur des Peillois.

« Par l’intermédiaire de la Croix-Rouge monégasque, des colis sont envoyés chaque année à l’occasion de la Fête nationale aux habitants, et la Fondation Princesse Charlène nous permet de bénéficier du programme « Learn to swim » pour apprendre aux enfants de nos écoles à nager », se réjouit Cyril Piazza. 

La cérémonie qu’il qualifie de véritable « événement » s’est déroulée en présence de nombreux Peillois, de personnalités monégasques et de Jean-Claude Guibal, alors Président de l’Association des Sites historiques Grimaldi aux côtés de plusieurs maires du réseau. « Nous avions eu la chance en 1961 de recevoir le Prince Albert, la Princesse Caroline et la Princesse Grace, cette nouvelle visite avait donc lieu quasiment 60 ans après », indique le maire pour l’anecdote.

Tout récemment, le 12 septembre dernier, le Souverain et son épouse se sont une nouvelle fois rendus dans la commune de Peille pour poser la première pierre du futur refuge de la Société Protectrice des Animaux Monaco, qui doit voir le jour en fin d’année 2023. Un espace douillet dans lequel nos amis à quatre pattes devraient, eux aussi, trouver repos et sérénité.