Récit

Le NIM prépare sa liste pour les prochaines élections nationales

nim-daniel-boeri-conference
Monaco Tribune

Il y aura une liste d'opposition, à condition tout de même que le NIM réunisse assez d'inscrits.

Alors qu'il a annoncé son départ de la Majorité Primo ! en juillet dernier, Daniel Boeri a réuni la presse ce mercredi matin pour annoncer la création d'une nouvelle liste électorale. Les choses se concrétisent donc pour le NIM (Non-Inscrits Monégasques) qui s'était présenté jusqu'alors comme une association.

A l'approche des prochaines élections nationales du 5 février 2023, le NIM prépare une liste d'opposition à l'Union Nationale Monégasque, menée par Brigitte Boccone-Pagès, présentée la semaine dernière, et qui est la fusion entre Primo !, Béatrice Fresko-Rolfo d'Horizon Monaco et l'Union Monégasque.

A 78 ans, Daniel Boeri, qui est toujours Président de la Commission de la Culture et du Patrimoine au sein du Conseil national, souhaite axer sa politique sur les futures générations, en anticipant les nouvelles mutations climatiques et technologiques européenne et mondiales qui « n'épargneront pas Monaco ».

A ses côtés, Jean l'Hebron de Lussats explique que le principe de liste unique le « choque ». Selon le Secrétaire général des Non-Inscrits Monégasques, « on ne peut pas vivre dans un pays qui se veut européen et démocratique, sans avoir des élections avec un débat ».

Celui qui est également président de l'association monégasque des amis de l'Arche comprend l'idée de l'Union Nationale de réunir la majorité et l'opposition en temps de crise, mais désormais, « nous avons retrouvé une vie normale à Monaco. Il faut que l'on puisse débattre des problèmes et idées qui se présentent à nous. Et le lieu du débat, il faut que ce soit le parlement », indique-t-il.

Les idées du NIM

Des idées, le NIM en a sur de nombreux thèmes. Le logement d'abord, grande priorité des Monégasques. « Nous allons faire de la verticalité », précise Daniel Boeri en soulignant l'importance de préserver les joyaux du patrimoine monégasque. Concernant le pouvoir d'achat, le NIM souhaite maintenir l'attractivité salariale de Monaco et mise par ailleurs sur la sobriété énergétique. Les membres ont aussi évoqué le télétravail qui s'est démocratisé avec la crise sanitaire : « le travail à distance se développe, cela signifie moins de trajets et des économies de CO2 ».

L'environnement est un point central, tout comme la mobilité, l'éducation ou encore la culture. Sur ce dernier volet, le NIM fait savoir qu'il réfléchit à la création d'un théâtre national. Pour affiner son programme, qui a pour ligne directrice l'amélioration de la qualité de vie, les membres promettent d'aller à la rencontre des Monégasques, résidents et salariés de la Principauté, qu'ils soient jeunes ou séniors.

Encore faut-il réussir à bâtir une liste de 24, ce qui « n'est pas facile », reconnait Daniel Boeri qui d'ailleurs ne se ferme pas à une possible union avec Horizon Monaco. Il l'avoue, en coulisse, des discussions sont en cours avec le Président du parti Laurent Nouvion. Tous les moyens sont bons donc pour répondre à l'objectif affiché : « gagner et battre l'Union Nationale ».