Interview

« J’ai la Roca Team dans le cœur » : Patrice Attendoli

AS-Monaco-Basket-Attendoli
AS Monaco Basket

Il est surnommé le supporter numéro 1 de la Roca Team. Une passion qui l’a même poussé à mettre sa voiture personnelle aux couleurs du club. Interview.

Comment êtes-vous tombé amoureux du club ? 

Toute ma vie a été consacrée au travail, pendant près de cinquante-neuf ans. J’allais par habitude voir le football avec des copains et un soir une amie de mon fils qui jouait au basket à Monaco m’invite à aller voir un de ses matchs. J’ai tout de suite flashé.

Pourquoi ?

L’intensité du jeu, l’investissement des joueuses et la vitesse à laquelle le ballon traversait le terrain en quelques fraction de seconde. Pour moi, c’était nouveau et fantastique. C’était le jour et la nuit avec le foot. Un véritable coup de foudre. Par la suite, je suis allé voir l’équipe masculine et le jeu était encore plus intense. Depuis ce jour, je vais voir tous les matchs de basket de Monaco et depuis peu je supporte aussi le MBA qui évolue en deuxième division.

Mon meilleur souvenir, ça sera quand l’AS Monaco Basket gagnera le championnat de France. Ça fait tellement d’années que nous courrons derrière, que cela en devient obsessionnel

Patrice Attendoli

À quand remonte vos premiers souvenirs ? 

Depuis ce temps-là, les souvenirs s’accumulent dans tous mes tiroirs et même sur les murs de mon garage. Je ne pourrais pas dire à quand remonte mes premiers souvenirs tellement ma tête en est chargé…

Quel est d’ailleurs votre meilleur souvenir en tant que supporter du club ? 

Ça sera quand l’AS Monaco Basket gagnera le championnat de France. Ça fait tellement d’années que nous courrons derrière, que cela en devient obsessionnel. La saison dernière, la finale a été un véritable coup de massue pour moi. J’en ai pleuré pendant trois jours.

©DR

Combien de fois vous rendez-vous à la salle pour encourager l’équipe ? 

Depuis treize ans, je n’ai raté aucun match, même quand j’ai eu mon accident de moto. J’y allais quand même en chaise roulante. Avant chaque match, c’est un rituel, il faut que je vienne deux heures avant autour de la salle pour voir arriver les supporters de Monaco, pour discuter avec tout le monde.

Que pensez-vous justement de ce nouvel écrin ? 

Depuis le début de saison, la salle a fait peau neuve. Je tiens à remercier le Prince Albert II qui est l’instigateur de tout ce qui se passe dans les avancées faites en Principauté mais aussi le Ministre de l’Intérieur et tous les actifs qui ont permis en treize semaines seulement de nous donner une salle extraordinaire et confortable avec un quota suffisant pour disputer l’Euroleague.

LIRE AUSSI : « J’ai la Roca Team dans le cœur » : Guillaume Giordano

Faites-vous toujours autant de déplacements pour suivre l’équipe ?

Depuis le début de saison, je n’ai pas pu faire de déplacement car j’ai un problème avec mon épouse, qui a été alité pendant plus de trois mois. Ça commence à aller mieux et le premier sera pour Milan (vendredi 23 décembre). Il est prévu que soixante-quinze supporters fassent le déplacement avec un prix avantageux grâce au club. Malheureusement, je n’ai pas pu faire le déplacement à Villeurbanne, comme tous les ans, fief de nos adversaires directs en championnat et Euroleague, mais c’est dans ce club que j’ai le plus d’amis et peu d’ennemis.

Comment vous est venue l’idée de mettre votre voiture aux couleurs du club ? 

Il y a trois ans, j’ai acheté une voiture américaine. Je suis amoureux des voitures, surtout spacieuses comme mon RAM. Cette année-là, l’équipe a gagné la Coupe d’Europe, qui nous a fait basculer automatiquement en Euroleague. Au fil des mois, quand est arrivé le moment où le club a formé une nouvelle équipe pour affronter les meilleures, dans ma tête, une idée a germé. Pourquoi ne pas faire un geste fort en projetant ma voiture pour donner l’envie à un maximum de gens de venir assister aux rencontres de la Roca Team.

©DR

Quel est le joueur qui vous a le plus marqué ? 

Pendant plusieurs saisons, nous avons eu des contacts assez sympathiques avec les joueurs. Mais depuis la pandémie de Covid-19, les contacts entre supporters et joueurs sont de plus en plus difficiles. Mais il y a quand même deux joueurs que j’aime beaucoup qui sont Donatas Motiejunas et Alpha Diallo. Ce sont deux pièces maîtresses dans le jeu de Sasa Obradovic. Globalement, l’équipe de cette saison est vraiment hors normes par sa qualité. C’est un plaisir de les voir jouer et vouloir faire de chaque match une réussite incontestée.

Quel regard portez-vous sur l’évolution du club depuis plusieurs saisons ? 

L’AS Monaco Basket et surtout la Roca Team ont pris à chaque saison une dimension de plus en plus importante dans le basket français et européen. Depuis quelques années nous flirtons avec la première place du championnat français et cette saison s’annonce déjà fantastique. Nous sommes au bout de treize matchs à la seconde place ex-aequo avec les meilleures équipes d’Europe. Nous en faisons maintenant partie.

Je suis très confiant quand je vois le coach qui fait des bonds sur le parquet à cause de quelques erreurs qui nous font perdre des points

Patrice Attendoli

Que pensez-vous de la saison en cours et qu’est-ce que vous espérez ? 

Pour cette seconde représentation en Eurolgeaue, le club a mesuré l’engagement qu’il fallait entreprendre pour être compétitif et ne pas seulement faire de la figuration. Je suis très agréablement surpris et très heureux de voir l’engagement des joueurs. Je suis très confiant quand je vois le coach qui fait des bonds sur le parquet à cause de quelques erreurs qui nous font perdre des points.

Quel serait votre plus grand rêve en tant qu’inconditionnel de la Roca Team ? 

Tous les espoirs nous sont permis car notre investissement est bien dosé, mais il faut être prudent et constant, car tout se joue en fin de saison. Mes espérances sont d’enfin embrasser la Coupe de France et finir dans le Final Four de l’Euroleague.