Publicité »
Vidéo

« L’association sportive du mois » : Immersion au sein de l’Étoile de Monaco

© Monaco Tribune

Fondé en 1890 par Eugène Marquet et Charles Vatrican, le club de gymnastique monégasque ne cesse de grandir au fil des années, au point d’être aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs au niveau national.

Du cheval d’Arçons aux anneaux, en passant par les barres parallèles et les trampolines, les jeunes pousses de l’Étoile de Monaco sont partout en ce mercredi après-midi.

Publicité

Il faut dire que comme dans beaucoup d’associations sportives, le mercredi rime avec jeunesse au sein du club de gym monégasque.

Sous l’encadrement des quatre entraîneurs du club et avec la présence d’intervenants, à l’image de Kevin Crovetto, figure de l’Étoile de Monaco, les jeunes licenciés enchaînent les figures.

Publicité »

Des infrastructures d’exception

Sous le regard avisé de Thierry Aymes, directeur technique de l’Étoile de Monaco depuis 20 ans. « Le nombre de licenciés n’a cessé d’augmenter au fil des années, confie-t-il. Au début, nous étions 70. Aujourd’hui, nous sommes près de 300. »

© Monaco Tribune

Un essor important qui s’est également traduit au niveau des résultats sportifs du club. « Nous sommes passés de la neuvième division nationale à la première chez les garçons. Nous faisons partie du top 12 des centres d’entraînement, ce qui signifie que nous pouvons accueillir n’importe quel gymnaste de haut niveau. »

Paris 2024 et Los Angeles 2028 dans le viseur

Dans son histoire, l’Étoile de Monaco avait déjà brillé, notamment en 1997, avec la première représentation internationale d’un gymnaste du club au cours de Jeux des Petits États d’Europe avec Grégory Salerno.

© Monaco Tribune

En 2007, lors des Jeux des Petits États d’Europe organisés à Monaco, le club avait remporté cinq médailles, avant de voir en 2011 Kevin Crovetto devenir le premier gymnaste monégasque à participer aux Championnats du Monde de Gymnastique à Tokyo avec une 159e place sur plus de 260 participants.

Publicité »

Mais l’ambition de l’Étoile de Monaco ne s’arrête pas là. « L’objectif est de briller lors des prochains Championnats d’Europe avec Kevin Crovetto, affirme Thierry Aymes. Nous souhaitons ensuite envoyer un gymnaste aux JO de Paris 2024 et deux à Los Angeles en 2028. » L’Étoile de Monaco n’a décidément pas fini de grandir.

© Monaco Tribune