Publicité »
Publicité »
Portrait

Mr OneTeas, l’engagement artistique au service des causes

mr-one-teas-compressed
MrOneTeas est en pleine phase de travaux dans son futur atelier, à Dolceacqua en Italie. © Paul Charoy / Monaco Tribune

C’est dans la petite commune de Dolceacqua de la province d’Imperia, Ă  quelques kilomètres au nord de Vintimille, que Mr OneTeas installe son nouvel atelier. Rencontre.

Publicité

Anthony « Mr OneTeas » Alberti nous accueille sous le soleil, armĂ© de son habituelle sympathie et franchise. Nous aurons le droit Ă  une visite privĂ©e de l’atelier mais les photos, elles, y sont encore interdites. Plus que quelques semaines de travaux et il sera opĂ©rationnel. Nom de code : Il deposito. Un projet commencĂ© en dĂ©cembre 2021, avec la volontĂ© de voir plus grand. Un bel espace pour crĂ©er, exposer ses oeuvres et celles d’autres passionnĂ©s.

La vue depuis le nouvel atelier de Mr OneTeas, dans la tranquillitĂ© de l’arrière-pays italien. © Paul Charoy / Monaco Tribune

Une Ă©tape de plus bientĂ´t franchie par celui dont la première expĂ©rience de graff en PrincipautĂ© remonte Ă  2010, lorsque deux de ses amis y installent leur restaurant, « Le virage ». Pendant les travaux, Anthony Alberti leur propose de peindre une palissade blanche, installĂ©e Ă  l’occasion du chantier. « Je me suis retrouvĂ© sur le Port de Monaco, Ă  faire du graffiti sur une palissade de chantier qui devait faire 30 mètres. Les gens se demandaient ce que je faisais », sourit l’artiste d’origine italienne, qui Ă©tait encore agent immobilier Ă  l’époque.

Lui qui peint sur son temps libre depuis 2005 quittera son travail en 2011 pour se consacrer Ă  sa passion. La mĂŞme annĂ©e, Mr OneTeas organise sa première exposition. Un franc succès puisque 23 tableaux sur 25 seront vendus. Le dĂ©but d’une Ă©popĂ©e artistique, du petit territoire de la PrincipautĂ© Ă  l’international, oĂą l’artiste envoie rĂ©gulièrement ses oeuvres.

Dans une oeuvre participative, on crée une rencontre

L’un de ses derniers projets en date, la rĂ©alisation d’une oeuvre commune pour cĂ©lĂ©brer le 8 mars en PrincipautĂ©, journĂ©e internationale des droits des femmes. Sur un support d’une centaine de petits tableaux, Mr OneTeas a dessinĂ© le visage d’Alice Milliat, figure du combat pour la reconnaissance du sport fĂ©minin, au niveau international notamment. Nantaise d’origine, la nageuse, hockeyeuse et rameuse avait participĂ© aux premières olympiades fĂ©minines en 1921, Ă  Monaco.

Symbole fort que l’artiste italien associera Ă  des centaines de « petites mains », celles des enfants de la PrincipautĂ©. Ce sont eux, Ă©lèves de CE1, en plus de la Famille Princière, qui constitueront le fond du tableau, Ă  l’aide de bombes de peinture et de pochoirs sur lesquels sont Ă©crits « respect », « Ă©galitĂ© », ou encore « victoire ».

oeuvre droits femmes 8 mars
L’oeuvre, de 2,50m par 2,50m, dĂ©voilĂ©e en prĂ©sence de la Famille Princière. © Manuel Vitali / Direction de la Communication

« Dans une oeuvre participative, on crĂ©e une rencontre. Si j’avais fait une oeuvre qui avait simplement Ă©tĂ© placĂ©e dans une Ă©cole, il n’y aurait pas eu cette rencontre. Faire peindre des enfants sur cette thĂ©matique, c’est les sensibiliser et les Ă©duquer par rapport Ă  ces valeurs. Ce sont eux les futurs adultes et j’ai toujours aimĂ© le concept de transmission », dĂ©veloppe Anthony Alberti, chez qui cette notion de « rencontre » vaut de l’or.

DĂ©mocratiser le graffiti Ă  Monaco

Les rencontres des uns et des autres mais aussi la rencontre de difficultĂ©s. Ă€ Monaco notamment, oĂą il rĂ©side depuis plus de 20 ans. « Au dĂ©part, je me suis heurtĂ© Ă  quelques a priori et au fil des annĂ©es, j’ai gagnĂ© en crĂ©dibilitĂ© », admet le peintre avant d’ajouter « je suis ravi parce que le Prince a toujours Ă©tĂ© d’un grand soutien. » C’est en outsider que Mr OneTeas s’immisce dans la vie de la PrincipautĂ©, escortĂ© de son art.

Lui-mĂŞme ne connaĂ®t pas « d’autres gens qui font ça » sur ce petit bout de territoire. Alors oui, il y a bien l’artiste new-yorkais Crash dans les annĂ©es 80, venu peindre les jardinières du Yacht Club et les dizaines d’autres des dĂ©cennies plus tard, mais invitĂ©s sur des Ă©vĂ©nements oĂą participe Anthony Alberti. Ce dernier admet, modestement, avoir « peut-ĂŞtre dĂ©mocratisĂ© le graff » sur le Rocher. Il en est d’ailleurs reconnaissant, reconnaissant de l’accueil reçu par ses oeuvres chez le public et les institutions monĂ©gasques.

J’irai toujours vers les choses qui m’intĂ©ressent

« Je suis content d’avoir trouvĂ© ce moyen de communiquer et d’échanger avec les gens. Il est adaptable Ă  toutes les causes que l’on souhaiterait dĂ©fendre », poursuit celui dont les causes dĂ©fendues continuent de se multiplier. Enfants malades droit des femmes, don du sang, droit de l’enfance… « Je travaille avec des associations qui dĂ©fendent des causes qui me sont chères (…) J’irai toujours vers les choses qui m’intĂ©ressent ».

Et les domaines varient. Ă€ la fin du mois de juin, ce sera une oeuvre collective pour la protection des cĂ©tacĂ©s qui sera dĂ©voilĂ©e Ă  Monaco. En partenariat avec l’AME (Aire Marine Educative), Mr OneTeas a, de nouveau, commencĂ© Ă  faire peindre les enfants de la PrincipautĂ© pour cette future campagne de sensibilisation. « (Enfants comme adultes) Les gens ne sont pas des spectateurs, ce sont des acteurs. Je pense qu’on est beaucoup plus sensible et intĂ©ressĂ© Ă  une cause quand on la pratique. »

Engagé, impliqué, aventurier

L’engagement du crĂ©ateur est ancrĂ© depuis que les bombes de peinture ont atterri entre ses mains. En 2014, il placarde les rues de New-York d’affiches Ă  l’encontre de la firme amĂ©ricaine McDonald’s. Des centaines d’affiches oĂą sont incriminĂ©s les burgers et les produits qu’utilise la marque de restauration rapide. The Wack Donald’s Project n’est pas passĂ© inaperçu. Et pour cause. « J’ai dĂ©cidĂ© de dĂ©tourner l’image du clown et celle de personnages enfantins comme Blanche-Neige, habillĂ©e comme Ronald McDonald, qui croque dans un burger empoisonnĂ© ». L’artiste sera bientĂ´t de retour Ă  New York, mais pour une exposition en galerie cette fois-ci, une seconde se profilant Ă  Las Vegas. Rendez-vous en 2024.

Snow White Wack Donald’s and the poisoned Burger. © Mr OneTeas / Facebook

Cette annĂ©e 2023 sera aussi dense. Au projet avec l’AME se joindra celui de Upaint auquel participera Mr OneTeas, comme depuis sa crĂ©ation, et plusieurs artistes internationaux autour d’un thème commun, sa première sculpture devrait voir le jour, en plus de la prĂ©sence de ses oeuvres au-delĂ  des frontières françaises, monĂ©gasques ou italiennes. Un programme ou plutĂ´t une Ă©bauche de programme puisqu’Anthony Alberti est rĂ©gulièrement sollicitĂ©. Le mot est faible, la sonnerie rĂ©currente de son tĂ©lĂ©phone peut en tĂ©moigner.

MĂŞme la petite commune de Dolceacqua devrait garder une trace de la prĂ©sence de l’artiste sur son territoire. Deux mois après y avoir installĂ© les fondations de son nouvel atelier, Mr OneTeas apprend que la ville italienne qu’il a choisie fĂŞtera en 2023 ses 500 ans de jumelage avec Monaco. Le 3 novembre, il participera Ă  la fĂŞte locale bien que l’aspect de sa participation soit encore secret. VoilĂ , une simple coĂŻncidence selon ses dires. Et on y croit. Mr OneTeas est de ceux qui ne refusent jamais une opportunitĂ© et qui, en parallèle, n’ont pas peur de pousser les portes entrouvertes. Ă€ raison. Chez lui, le terme « impossible » se lit en deux mots.