Publicité »
Interview

Les Sites Grimaldi #9 : À Antibes, les ancêtres du Prince ont siégé pendant plus de 200 ans

antibes-musée-picasso-site-grimaldi
Vue extérieure du musée Picasso - © J.-L. A via Sites historiques Grimaldi de Monaco

Le château Grimaldi demeure le témoignage le plus important du passage de la famille dans la commune.

Avant de s’emparer du Rocher de Monaco, et juste avant son passage par Cagnes-sur-mer, la famille Grimaldi a siégé pendant plus de deux siècles sur la ville d’Antibes, située à l’ouest du littoral azuréen. Aujourd’hui, le témoignage le plus marquant du passage des ancêtres du Prince reste le château Grimaldi situé au coeur de la vieille ville, et dans lequel la famille a habité de 1385 à 1608.

Publicité

Si l’édifice abrite désormais le Musée Picasso – dénomination que l’on doit au séjour du peintre espagnol qui y a installé le temps de quelques mois son atelier en 1946 – le château d’Antibes garde quelques souvenirs de l’époque où les Grimaldi étaient seigneurs de la ville, comme les armes de la famille gravées à plusieurs endroits et quatre parchemins des années 1381-1431. Ces documents précieux témoignent de la mise en possession du château et de la cité, à la fin du XIVe siècle, en faveur des Grimaldi. Ils ont été acquis à la suite d’une vente aux enchères par la mairie antiboise, avec le mécénat personnel du Souverain et d’une subvention du ministère de la Culture, pour la somme de 8 000 euros.

Le Prince à Antibes en 2020

Afin que ces liens historiques ne tombent pas dans l’oubli, le Prince Albert II a fait, pour la première fois en 2020, le déplacement officiel dans la commune azuréenne pour dévoiler la plaque indiquant, à l’entrée de la ville, l’appartenance de cette dernière au réseau des Sites historiques Grimaldi de Monaco. « À travers les Sites Grimaldi, Antibes et Monaco partagent le souvenir d’une histoire commune. Elles perpétuent l’idée qu’avant la constitution des grands États de l’Europe et des frontières nationales, il y avait des solidarités locales, politiques et économiques très fortes, à travers les liens de fidélité seigneuriaux », a détaillé le maire d’Antibes.

Lors de ce déplacement, Thomas Fouilleron, Directeur des Archives de la Bibliothèque du Palais Princier précisait : « le Grand Schisme d’Occident entre la Papauté de Rome et la Papauté d’Avignon offre l’opportunité aux Grimaldi de récupérer la seigneurie d’Antibes qu’ils vont devoir céder au Roi de France, Henri IV en 1608, au moment où Antibes est une ville et un port stratégique. C’est ainsi que cette branche des Grimaldi d’Antibes va se replier sur Cagnes-sur-mer. »

Publicité »

Être officiellement associé à l’image de Monaco « est prestigieux », confie l’élu sur Monaco Info. « Le monde entier connaît Monaco, de par le Prince, le Palais et les légendes qui y gravitent. C’est un territoire très attractif. Même si Antibes est connue sur la Côte d’Azur, être associé à Monaco est valorisant. »

Des liens qui perdurent

À son tour, Jean Leonetti s’est rendu en Principauté l’année dernière, à l’occasion des Rencontres des Sites historiques Grimaldi, manifestation conviviale organisée sur la place du Palais Princier. Les saveurs et savoir-faire d’Antibes y étaient présentés : pissaladières, verriers, potiers… Mais l’élu a rappelé que les liens avec Monaco et le Prince ne s’arrêtent pas au passé. « Nous avons le plaisir d’accueillir Monseigneur à toutes les fêtes du Festival du Jazz d’Antibes car, comme nous, c’est un passionné de jazz. Comme je dis souvent au Prince, il est chez lui à Antibes, et quand on vient à Monaco, nous avons le sentiment d’avoir apporté un peu de notre ville ici », avait-il confié sur la chaîne monégasque.

Récemment, la Principauté et Antibes ont prouvé qu’elles avançaient ensemble vers l’avenir, à travers un partenariat avec le Musée Océanographique de Monaco. Jean Leonetti a en effet annoncé en mai dernier l’ouverture en juin 2023 de l’Espace Mer&Littoral. Un outil exceptionnel qui permet la découverte du milieu marin à travers aquariums, moyens 3D et randos subaquatiques et kayak. Car on le sait désormais, mieux connaître les océans, c’est mieux les protéger.

Publicité »