Photos

Le Prince Albert II, à la rencontre des éléphants et tigres d’Asie

prince-albert-ii-elephant
Le Prince Albert II a visité les Centres nationaux de conservation des tigres et des éléphants d’Asie - © Michael Alesi / Palais Princier

Le Souverain était en Malaisie pour un voyage diplomatique.

Publicité

Ce mardi 28 novembre, le Prince Albert II achevait sa visite d’Etat en Malaisie. Reçu par le Roi Abdullah Shah, le Prince a été invité par le Souverain malais et son fils, Hassanal Shah, au Malayan Tiger Conservation Center et au Kuala Gandah National Elephant Conservation Center.

Deux centres exemplaires en matière de protection et de défense d’espèces animales menacées par les braconniers et la déforestation. Ainsi, le Centre de Conservation des Tigres recueille les fauves blessés ou provenant de zoos, afin de les réintroduire dans la nature, en les éduquant à l’état sauvage.

« Comme nous le savons, en 1950, nous comptions 3 500 tigres en Malaisie, mais à cause de l’abattage des arbres et de la déforestation causée par le développement urbain, une étude réalisée sur la période 2016-2020 a révélé que la population de tigres avait fortement baissé, atteignant moins de 150 individus. Nous sommes face à une situation critique, et c’est pourquoi nous devons faire beaucoup d’efforts pour augmenter la population de tigres sauvages », a expliqué Mohamma Khairi Bin Ahmad, Directeur du Centre, sur Monaco Info.

Les éléphants d’Asie ont eux aussi droit à la protection de l’Etat malais, grâce au Centre Kuala Gandah, créé en 1989. Le lieu abrite une dizaine de pachydermes victimes de l’activité humaine. Après un petit défilé, le Prince et le Roi ont pu approcher les animaux pour un moment privilégié, clôturant le voyage du Souverain.

Le Prince Albert II a d’ailleurs dressé un bilan très positif de sa visite sur Monaco Info : « Le bilan est tout à fait positif, car même si j’étais déjà venu en Malaisie, et même s’il y avait déjà des liens, non seulement avec la Famille Royale mais aussi avec différents acteurs économiques, je crois qu’il était important d’ouvrir ce Consulat. Cela faisait quelques années que nous cherchions à ouvrir un Consulat ici, à Kuala Lumpur, et notre nouveau Consul, Dato’Sri Mohan Naresh, est quelqu’un de très dynamique et de très volontaire et qui, j’en suis sûr, va très bien représenter la Principauté et va faire avancer beaucoup de dossiers que nous avons pu initier. Et puis, bien sûr, cet accueil extraordinaire que la délégation et moi-même avons reçu ici… (…) Cette grande générosité et gentillesse de la part de Sa Majesté le Roi et de toute sa Famille m’ont beaucoup touché et ont, je crois, touché l’ensemble de la délégation. Et puis, ces visites tout à fait extraordinaires de ce centre de réhabilitation des tigres et de ce sanctuaire des éléphants prouvent bien, là aussi, le grand intérêt que les Malaysiens portent à leur nature, à deux espèces emblématiques de leurs pays, mais aussi d’Asie. Ils ont à cœur de protéger certaines zones, de les sanctuariser, de faire ce qu’il faut faire en matière de protection de milieux naturels pour être tout à fait en adéquation avec ce qu’il se passe ailleurs, puis avec ce que nous essayons de promouvoir aussi à la Fondation. Je crois qu’il était important, aussi, d’initier ce dialogue, qui s’est fait au travers du Forum Economique que nous avons pu organiser grâce à notre Consul, où nous avons pu présenter non seulement l’économie de la Principauté, sous différents aspects, culturels ou autres, mais aussi d’un point de vue durabilité et défense de l’environnement. Je crois que c’était très, très positif, il y a déjà eu de très nombreux contacts, il y a déjà de très bonnes idées de coopération dans différents domaines, notamment avec la Fondation, et je suis sûr que nous allons développer encore davantage ces relations à l’avenir. (…) C’est facile, quand vous parlez avec des gens qui partagent les mêmes préoccupations et les mêmes valeurs, même si la Malaisie et la Principauté sont de cultures et de tailles différentes. Je crois qu’ils ont le souci de bien s’intégrer à la communauté internationale et d’être ouverts sur le monde, ce que nous essayons d’être à Monaco. Je crois que nous allons certainement trouver de très beaux projets de coopération et de développement de ces relations qui nous tiennent à cœur. »