Publicité »
Portrait

Greg Lecoeur : « Aujourd’hui je souhaite changer l’image de la Méditerranée » 

photographe Greg Lecoeur animaux sous-marins mer méditerranée
Le travail de Greg Lecoeur a été récompensé par plus d'une centaine de prix internationaux © Greg Lecoeur

À la fois photo-journaliste et artiste engagé, Greg Lecoeur partage ses aventures dans les profondeurs et son savoir autour de la biodiversité sous-marine. Amoureux de la nature, il consacre sa carrière à protéger les mers et à sensibiliser le grand public à l’importance de préserver les écosystèmes.

Enfant de la nature, Greg Lecoeur grandit dans les terres niçoises, un lieu qu’il décrit comme un terrain de jeu fabuleux entre la mer et la montagne. Génération du Grand Bleu, il est attiré dès son plus jeune âge par les océans et mammifères marins, qu’il part découvrir très tôt grâce au bateau de son parrain, lui-même passionné. 

Publicité

La passion se transmet et Greg découvre alors un monde sous-marin rempli de mystères, dont il voudra très rapidement connaître tous les secrets. Viennent les études, où le jeune homme se spécialise en comptabilité, gestion, puis vente, dans le but de reprendre l’entreprise de son père et de bâtir une vie qu’il pensait alors idéale « boulot, maison, voiture, chien ». 

Le déclic

Quelques années passent, Greg finit par monter sa propre société dans le Var, mais malgré son succès, il n’est pas épanoui. « Quand je me levais le matin, j’avais toujours le réflexe de regarder la météo, puis l’état de la mer sur la route pour aller au travail. Chaque jour, j’avais ce sentiment que je perdais une journée en mer. Alors, vers mes 30 ans, j’ai décidé de tout plaquer. Je ne voulais plus me réveiller avec des regrets. Je voulais que mon bureau soit en mer » nous livre-t-il. 

Publicité »

Une décision radicale qui surprendra ses proches, mais qu’il ne regrette pour rien au monde aujourd’hui. Alors, avec l’argent qu’il a récolté durant ce début de carrière, il s’offre un petit bateau de cinq mètres et décide de vivre de sa passion. Très vite, au large de la Méditerranée, il observe de nombreuses espèces comme les dauphins, les tortues, ou encore les baleines, qu’il va même approcher par la plongée. 

© Greg Lecoeur

De passion en passion

« Un jour, j’ai eu la chance d’observer un banc de globicéphales. J’ai passé un moment absolument féérique. J’ai coupé le moteur et ils sont venus se coller à la coque du bateau. Ils étaient un grand nombre, peut-être 80. Quand je suis rentré à terre, j’ai immédiatement raconté cette rencontre, mais quasiment personne ne savait ce que c’était et n’y croyait. C’est là que j’ai décidé d’acheter un appareil photo pour documenter mes aventures et ramener des souvenirs à partager avec mes proches » raconte Greg. Nait alors sa deuxième passion : la photographie. 

Il y a une quinzaine d’années maintenant, Greg Lecoeur lançait sa carrière de photo-reporter en partant faire le tour du monde. Pensant d’abord vivre au jour le jour de son monitorat de plongée, il finit par se concentrer sur la photographie et se crée un univers qui sera reconnu dans le monde entier : « Je documentais des espèces qui sortaient des sentiers battus grâce aux connaissances des locaux, ce qui a un peu révolutionné la photo sous-marine et m’a valu beaucoup de reconnaissance dont des prix de grands concours photo nature ». 

Publicité »

En effet, Greg Lecoeur devient entre autres ambassadeur de la marque Nikon, photographe nature de l’année du National Geographic en 2016 et Underwater Photographer of the Year d’UPY en 2020. Une manière de toucher du doigt ce projet, ce rêve, qu’il a pris le risque d’entreprendre. 

Les nombreux prix de photographie remportés par Greg Lecoeur © Greg Lecoeur

Le projet de sa vie

De retour à la maison après ce tour du monde, il décide de se consacrer à son premier amour : la Méditerranée. « J’ai pu plonger dans toutes les mers du monde et je peux témoigner que la Méditerranée n’a rien à envier aux autres mers de la planète » affirme Greg. Bien que nous sommes 500 millions autour du bassin méditerranéen, cette mer représente seulement 1% de la surface mondiale contre 10% de sa biodiversité. Il fonde alors l’association We Are Méditerranée pour valoriser cette mer, mettre à profit son savoir et sensibiliser le grand public, les scolaires, mais aussi les grands décideurs.

Publicité »

Il raconte : « Quand ma fille est née, j’ai eu envie de m’investir au niveau local. We Are Méditerranée s’est créée notamment avec l’initiative Pélagos, qui est l’appel à projet lancé par la fondation du Prince Albert II. Nous avons alors monté le projet Expédition Pélagos qui vise à valoriser la biodiversité mais surtout à faire connaître le sanctuaire Pélagos, de l’Italie à la France en passant par Monaco, qui protège depuis plus de 25 ans les mammifères, comme les baleines et les dauphins. Le projet allie l’art, la science et l’éducation ». 

© Greg Lecoeur

Aujourd’hui, Greg Lecoeur se consacre pleinement à son association, pensant que ses plus grandes et lointaines explorations sont derrière lui. « Je souhaite désormais mettre mes compétences au service de la bonne cause. Voyager moins pour limiter mon empreinte carbone. J’ai énormément exploré et aujourd’hui je veux le transmettre. Optimiser toutes ces rencontres et les mettre à profit » conclut-il. Son prochain projet : une exposition photo du sanctuaire Pélagos qui traversera Nice, jusqu’au port de Gênes, pour terminer à Monaco… en attendant la prochaine exploration en mer. 

Publicité »