Monaco lance un appel à propositions pour le futur centre de traitement des déchets

Monaco lance un appel à propositions pour le futur centre de traitement des déchets

Le gouvernement princier s’apprête à lancer un appel à propositions pour la création du futur centre de traitement et valorisation des déchets non recyclables, sur l’îlot Charles III. Un projet qui devrait voir le jour d’ici 2026.

Marie-Pierre Gramaglia a annoncé mardi, qu’un appel à propositions technologiques pour la création du nouveau centre de traitement et valorisation des déchets non recyclables sera publié avant la fin du mois de mars. International, l’appel devra faire émerger les technologies disponibles les plus innovantes, susceptibles de traiter les déchets de la Principauté.

« L’objectif est de se doter, dès 2026, d’un équipement exemplaire en termes d’impact environnemental, vitrine de solutions technologiques innovantes, tout en étant adapté à certaines contraintes (site, milieu urbain, etc.) » a souligné Marie-Pierre Gramaglia.

Des projets exemplaires, propres, et durables attendus

3 à 5 candidats devraient être retenus courant juillet, à l’issue de cette première phase. Les constructeurs sélectionnés devront répondre à trois critères, chacun de leurs projets devra minimiser les impacts environnementaux, présenter une maîtrise totale des risques industriels mais aussi une grande sécurité des installations pour tous les publics exposés. Enfin, les projets retenus devront donner priorité à la baisse des émissions directes des gaz à effet de serre de l’unité de traitement dans les objectifs du protocole de Kyoto.

Une seconde phase mettra en concurrence les candidats durant environ 1 an. Une étape qui imposera aux constructeurs des technologies retenues, la création d’une équipe complète comprenant un exploitant, et la présentation d’une offre complète, tant sur le plan technique que financier. Le titulaire sera annoncé au plus tard d’ici la fin du premier semestre 2020.

Un challenge urbanistique et architectural

Par ailleurs, prévue sur l’Ilot Charles III, un site assez riche en contraintes, la future usine devra non seulement comporter les meilleures technologies mais également s’adapter à son milieu urbain.

« L’aspect urbanistique a toute son importance dans ce projet car s’agissant de l’entrée de Monaco par la basse corniche, un geste architectural particulièrement significatif sera demandé pour habiller ce nouveau centre de traitement » a précisé Marie-Pierre Gramaglia

37 000 tonnes de déchets sont produits en Principauté chaque année. Un chiffre que le Gouvernement Princier souhaiterait voir passer à 30 000 d’ici 10 ans.