Le palais princier est désormais chauffé par un combustible 100% végétal à base de colza. C’est la volonté du prince Albert II qui aimerait que les syndics monégasques suivent l’exemple.

Reconnu comme l’une des grandes voix du combat pour la protection de l’environnement, notamment au travers de sa Fondation, le prince Albert II montre aussi l’exemple dans la vie de tous les jours. II a ainsi pris la décision de ne plus chauffer le palais princier au fioul domestique, comme c’était le cas jusqu’à présent, mais d’utiliser désormais un biocarburant 100% végétal. Son nom ? Le B100, une huile de colza aux avantages nombreux : 100% végétal, elle émet entre 60 et 70% de gaz à effet de serre en moins que le fioul domestique. Un produit non toxique, non inflammable et inodorant. Seul bémol : il coûte près de 10% plus cher que l’énergie fossile.

« Une très bonne solution »

Romano Energy est chargée de mettre en place cette transition énergétique dans la maison souveraine. Lundi, la société a installé dans l’aile Ouest des chaudières adaptées au nouveau combustible.

« Je pense que c’est une très bonne solution pour répondre à des besoins énergétiques. En plus il n’y a pas d’énormes transformations à faire sur les chaudières traditionnelles. Si ça peut diminuer notre pourcentage d’émission de CO2, tout le monde est gagnant« , s’est félicité le prince Albert II. Ce dernier aimerait inciter tous les syndics d’immeubles monégasques à opter pour un combustible dégageant moins de CO2, afin de respecter les engagement pris lors de la COP 21. Soit, réduire les effets de gaz à effet de serre de 50% d’ici 2030. Et il semble que l’appel du prince – qui a également choisi l’huile de colza pour chauffer le domaine familial de Rocagel – a été entendu : plusieurs immeubles en principauté sont en train de lui emboîter le pas.