L’Orangerie, la liqueur made in Monaco

L’Orangerie, la liqueur made in Monaco

C’est l’histoire d’une liqueur aux saveurs monégasques. L’Orangerie s’exporte même à l’étranger et porte haut les couleurs de la principauté !

Connaissez-vous le « citrus aurantium », connu également sous le nom de bigaradier ? Cet hybride du pamplemoussier et du mandarinier produit des oranges amères. La principauté en compte 600 sur son territoire. Le monégasque Philip Culazzo en a tiré une liqueur, produite grâce aux zestes d’oranges amères, qu’il commercialise depuis 2017. Son nom ? L’Orangerie, que l’on retrouve sur les tables des hôtels de la Société des Bains de Mer (SBM), mais aussi sur celles de l’hôtel Métropole, du Yacht Club, de l’Automobile Club et des Grands chais monégasques. Les caves Nicolas du sud de la France et le “duty free” de l’aéroport de Nice le proposent également à leurs clients. Elle est même exportée à Singapour, au Japon et à Macao !

Ce produit qui inspire les barmans peut être servi en cocktail, mais aussi en apéritif ou en digestif. D’où son succès : pas moins de 3000 bouteilles ont été produites pour l’instant. Et Philip Culazzo ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Outre la production de L’Orangerie, il a d’autres projets pour faire connaitre les saveurs locales monégasques. L’entrepreneur a ainsi lancé des tests pour obtenir une liqueur et une eau de vie de caroube, ces fruits poussant sur le Caroubier, un arbre méditerranéen dont Monaco possède une trentaine de spécimens. La liqueur vient de faire son apparition dans certains cocktails monégasques comme le Monaco Spritz, le Monaco Meets Japan et la Condamine.

Ainsi, en mettant en valeur des produits de Monaco et de ses anciens territoires, l’ambitieux et créatif Philip Culazzo porte haut les couleurs de la principauté !