Une conférence de presse présentera demain à Nice les conclusion d’une étude sur les habitants des Alpes-Maritimes travaillant à Monaco.

Axes routiers saturés et trains bondés sont le quotient de ceux qui se rendent à Monaco. Il y a certes les touristes. Mais ce sont surtout les Français du département voisin, les Alpes-Maritimes, qui investissent routes et transports publics pour aller travailler chaque jour en principauté. Et ils sont de plus en plus nombreux. C’est la conclusion d’une étude qui sera présenté demain, mercredi 29 mai,en conférence de presse à la mairie de Nice, en présence de Bernard Kleynhoff, Conseiller régional, Président de la Commission Emploi, Économie, Industrie, Innovation, Nouvelles technologies et Numérique,et Alberto Lopez, Directeur régional de l’Insee Provence-Alpes-Côte d’Azur

Réalisée dans le cadre d’un partenariat entre la Région, l’Institut Monégasque de la Statistique et des Études Économiques (IMSEE) et l’Insee Provence-Alpes-Côte d’Azur, cette étude porte également sur le secteur d’activité, le degré de qualifications (ouvriers, employés, cadres) de ces travailleurs français de Monaco et sur les moyens de transports qu’ils utilisent. A ne pas manquer pour avoir une idée précise des synergies économiques entre le département français et son voisin, le micro Etat monégasque.

Rappelons qu’un emploi en principauté assure une solide couverture sociale et un salaire net supérieur à celui versé sur la Côte d’Azur. Une Principauté où les charges salariales sont inférieures de 10 points par rapport à la France.

De plus en plus d’habitants des Alpes-Maritimes travaillent à Monaco, conférence de presse le mercredi 29 mai, à 11 heures à la Mairie de Nice – Salle Corvésy, 6 rue Alexandre Mari.