Obradovic : “Les grands joueurs font les grands coachs”

Obradovic : “Les grands joueurs font les grands coachs”

A la veille du premier match de la finale du championnat de France de basket, l’entraîneur monégasque s’est laissé aller à quelques confidences.

Depuis qu’il a repris les commandes de l’équipe, mi-février, la Roca Team est imbattable ou presque. Sous les ordres du slovène Sasa Filipovski, l’équipe monégasque est était à cinq victoires et sept défaites en 12 journée. Avec Obradovic, elle est remontée à la deuxième place du classement de la saison régulière, enchaînant 17 succès en 18 rencontres de Jeep Elite. Un record.

Un jeu retrouvé

Ainsi, grâce à un jeu retrouvé, agressif, rapide, solide défensivement, la Roca Team s’est qualifiée sans coup férir pour le plays-offs malgré un début de saison compliqué. En quarts de finale, les monégasques n’ont laissé aucune chance aux Limougeauds, défaits à l’aller (93-73) et punis aux retour (90-62) dans des matchs à sens unique. Rebelote en demi-finale face à Dijon. Vainqueur en prolongations lors du premier match de la série (82-77), les Monégasques ont enlevé les deux manches suivantes (84-75 à domicile et 81-78 à l’extérieur).

Pour la deuxième année consécutive, la Roca Team s’apprête donc à jouer la finale de Jeep Elite contre l’ASVEL, première de la saison régulière, dans une série en cinq matchs dont la première manche aura lieu demain soir, sur le parquet de l’Astroballe à Pau.

Obradovic livre quelques clés

A la veille de cette finale qui soulève beaucoup d’espoir chez les supporters, le coach Sasa Obradovic a livré sur le site internet du club quelques clés pour l’aborder dans les meilleures conditions.

Pour lui, la préparation doit rester la même afin d’évacuer au maximum la pression inhérente à ce genre de rendez-vous. S’il n’est pas question de changer quoi que ce soit aux habitudes, Obradovic insiste cependant particulièrement sur la concentration nécessaire qui doit imprégner tout le club. C’est même, dit-il, “la chose la plus importante que nous essayons de mettre en place, la concentration sur les moyens d’exécution”.

Car le coach serbe se défend d’être le favori. “L’ASVEL, note-t-il, a un très bon coach, parmi les meilleurs joueurs de France, avec l’expérience de l’Euroligue. Ils ont des rotations, une connaissance du basket au plus haut niveau possible”. Il connaît d’ailleurs bien cette équipe et particulièrement son entraîneur, son compatriote Zvezdan Mitrovic : “Nous sommes bons amis, on a de bonnes relations, à chaque fois après le match on se voit, on échange sur de nombreux sujets. Nous sommes plus ou moins de la même école, avec la même façon de voir le basket . Après, chacun est différent, avec son propre parcours, ses particularités.

D’abord les joueurs…

Il espère également un arbitrage juste, tant les décisions du corps arbitral peuvent faire basculer un match dans un sens ou un autre : “Ce que j’aimerais aussi dans cette finale, c’est que ce soit les joueurs qui décident du sort de l’événement”… Grâce, par exemple, aux rebonds offensifs, un des points forts des Monégasques ? “On a beaucoup travaillé cet aspect du jeu”, reconnaît-il. Car si “vous ne pouvez pas tout prévoir dans un match, explique-t-il encore, il y a des choses très importantes qui peuvent être la clé”.

Si Monaco remporte cette finale, Obradovic sera champion dans trois pays différents, puisqu’il a déjà remporté le championnat en Allemagne et en Russie. Un palmarès qui force le respect mais que coach Obradovic évoque avec modestie : “Les grands joueurs font les grands coachs, je suis surtout fier de mes joueurs ici à Monaco, de l’investissement qu’ils consentent pour s’imposer.”

Bonne chance à eux !