En vous promenant au salon art3f de Monaco, vous pouvez tomber nez à nez avec l’interprétation Pop Art d’une photo d’Al Pacino ou un des célèbres Balloon dogs de Jeff Koons, à l’abri sous un couvercle en verre. Ce weekend, plus de 3000 œuvres sont exposées à l’espace Fontvieille. Allant de peintures abstraites et figuratives, à la sculpture, la céramique et même un artiste verrier, il y en a vraiment pour tous les goûts. 

Le temps du Festival international du cirque de Monte-Carlo est loin derrière nous, mais le Chapiteau de Fontvieille demeure un régal pour les yeux. L’édition Monégasque du salon international d’art contemporain art3f, c’est environ 200 artistes et galeries qui exposent plus de 3000 œuvres. À première vue, le choix peut être dépaysant. Donc, pour vous aider à vous orienter, voici quelques un de nos artistes coup de cœur.

Sonja VishnudArt

Les statues en bronze de Sonja Vishnudatt rappellent cette histoire que Platon raconte dans Le Banquet selon laquelle les amants avaient une fois été deux parties d’un tout. Il y a une certaine intimité dans le travail de Sonja. Comme si regarder ses statues signifiait s’approcher peu à peu d’une vérité universelle sur le corps, sur les relations, et sur comment les deux interagissent. Quand on lui demande ce qu’elle sculpte, elle répond « L’amour. L’amour dans toutes ses formes ». Ses statues sont des corps enlacés. Elle sculpte le toucher.

Une de ses pièces représente une chaîne de corps dont les habits se fondent dans ceux des autres afin de créer un bloc unique. La pièce s’intitule Solidarity et a été une des finalistes du concours lancé par le gouvernement Belge afin de trouver une statue pour commémorer les attaques terroristes de 2016. Une autre œuvre, qui a récemment gagné un prix à Monaco, s’intitule Soulmates. Elle représente deux corps entrelacés. Comme dans l’histoire de Platon, ils partagent la même tête.

« Soulmates » par Sonja VishnudArt

Michel Houel

Michel Houel est le seul artiste verrier présent à art3f. « Les artistes verriers, nous ne sommes pas beaucoup », dit-il. Il est le porteur d’une tradition ancienne et c’est l’aspect manuel de son travail – le long processus requis pour créer un vitrail – dont il semble être le plus fier: « C’est de l’art à l’état pur, mais qui est maintenant devenu désuète. Je veux garder une certaine authenticité, tout en injectant de la modernité dans les sujets que je traite ». Sur ses tableaux on peut y voir des lions, des violons, un gramophone qui devient un oiseau selon comment on le regarde. Michel Houel traite des sujets prosaïques mais qui ne manquent pas de poésie. La musique lui tient particulièrement à cœur : « La musique, c’est des couleurs. Une note, c’est une couleur, tout comme le verre », il explique. Et comment exposer ces tableaux de verre? « Ces tableaux sont parfait pour une véranda, pour des salles lumineuses », il dit.

Michel Houel

Les peintres de la Riviera

La tradition artistique de la côte d’Azur est une affaire qui dure. Les noms des peintres qui ont fait de la région leur havre sont si connus qu’il semble presque superflu de les mentionner : Picasso, Matisse, Chagall, Cézanne, Cocteau…

«On ne peut pas échapper à la Méditerranée quand on vient d’ici, ni à ses oliviers bien sûr », nous confie Fonso, un artiste peintre de la région. Ses peintures rappellent la tradition impressionniste, avec ses courts coups de pinceau qui laissent deviner la silhouette d’un village de pêcheurs. Cependant, la mer est peinte au rouleau, et le mélange des techniques donne un résultat qui est nettement innovant.

Deniz Küsem aussi peint la mer. Les thèmes représentés par l’artiste d’origine turque sont variés. Il y des œuvres abstraites peintes pendant le confinement, des femmes japonaises (elle s’intéresse particulièrement à la période Edo) et, bien sûr, la série « Océans ». Ses œuvres privilégient la couleur : « Je m’intéresse à l’harmonie des couleurs, à la composition, et au sentiment que me donne le tableau quand je le peins ». Elle nous dit que ses peintures sont l’expression de l’instant présent : « la vague arrive et l’image se fige dans ma tête. Il n’est pas nécessaire que ce soit une vue complète. À ce moment-là, le temps s’arrête et votre attention est soudain là, sur cette vague ». La peinture à laquelle elle fait référence est un rectangle d’un bleu vif : on peut y voir les vagues, créées peut-être par un bateau, et l’écume qui mousse.

« Oéans » by Denizart

Le peintre Denis Ribas, originaire de Perpignan, affirme qu’il n’a pas de tableau préféré. «La nature est mon tableau préféré», dit-il.  En effet, ses œuvres représentent une végétation débordante de couleurs , rappelant la tradition impressionniste et fauviste de la Côte d’Azur. Lorsqu’on lui demande pourquoi il peint, Ribas répond qu’en tant que peintre, il peint pour les autres : « Beaucoup de gens sont touchés par ces petits coins de nature, et j’ai voulu les trouver, tous ces petits coins qui touchent, et les transcrire sur une toile de lin pour que les autres puissent en profiter ».

Denis Ribas, 2016 070

Pourquoi devenir artiste ?

Lorsqu’on leur demande pourquoi ils sont devenus artistes, ils parlent tous de leur travail comme de quelque chose d’inévitable. « Cela vient de l’intérieur, c’est un sentiment, les gens naissent comme ça. Je peins depuis que je suis enfant. C’est en moi. C’est une passion qui vient du cœur », explique Deniz Küsem, tandis que Sonja Vishnudatt commente : « sculpter me faisait du bien, alors j’ai continué – et soudain, je travaillais à plein temps ».

Ces artistes, et bien d’autres, sont à découvrir le samedi 22 août de 10h à 20h et le dimanche 23 août de 10h à 19h. L’entrée est gratuite pour les mineurs et coûte 10€ pour les adultes. En raison des mesures sanitaires, le port de masque est obligatoire et du gel hydroalcoolique est à disposition de tous les visiteurs.