Début juillet, l’Office des Timbres de la Principauté a édité un nouveau timbre dédié à l’ancienne résidence princière de Torigny, en Normandie. Plus qu’une simple villégiature, cette petite commune est aussi le lieu de naissance de Jacques Ier de Monaco, aïeul du Prince Albert.

Parmi ses nombreux titres, le Prince Albert de Monaco possède ceux de comte de Torigny, de baron de Hambye, de baron de Saint-Lô et de gouverneur de Granville. Ces quatre communes se trouvent toutes en Normandie, plus précisément dans le département de la Manche. Héréditaires, ces titres ont été transmis grâce à un homme, aïeul du Prince Albert : le Prince Jacques Ier de Monaco.

La Principauté et la Normandie liées par le sang

Né à Torigny en 1689, Jacques François Léonor de Goyon de Matignon, ou Jacques IV de Matignon, fait partie de l’une des familles les plus puissantes de la région. Il porte, entre autres, les titres de comte de Torigny, baron de Saint-Lô, baron d’Hambye, duc d’Estouteville et gouverneur de Granville. Riche, cultivé et issu d’une famille aristocratique, il figure comme candidat idéal aux yeux d’Antoine 1er, Prince de Monaco.

Le Souverain monégasque cherche en effet à assurer la pérennité du nom des Grimaldi. Père de deux filles, il se consacre à la recherche d’un époux pour son ainée, Louise-Hyppolite, princesse héritière de Monaco. Mais pour obtenir la main de la belle, une condition est exigée par le Prince Antoine Ier : le prétendant devra abandonner son nom et ses armes pour prendre ceux des Grimaldi.

prince-jacques-Ier-princesse-louise-monaco-normandie
Le Prince Jacques 1er de Monaco et la Princesse Louise-Hippolyte / Wikipédia

Il renonce à son nom pour les Grimaldi

Une exigence à laquelle se pliera Jacques IV de Matignon. Après avoir obtenu l’accord du Roi Louis XIV, le couple se marie le 20 octobre 1715 à Monaco. Comme convenu, Jacques abandonne son nom et devient Jacques Ier Grimaldi. Il obtient par la même occasion les titres de duc de Valentinois et de pair de France.

Les Monégasques acceptent difficilement le nouveau membre de la famille princière du fait de son origine française. Cela n’empêchera pas la jeune Louise-Hyppolite de très vite s’éprendre de Jacques. Malheureusement, ce dernier préfère passer son temps à Versailles et multiplie les infidélités. « C’est une justice que vous me devez d’avoir un peu d’amitié pour la personne du monde qui vous aime le plus parfaitement et avec la tendresse la plus sincère qu’il n’y aura jamais », écrira Louise-Hyppolite. Le couple aura tout de même neuf enfants dont Honoré III, futur Prince de Monaco.

Un prince normand à la cour monégasque

Après le décès d’Antoine 1er le 20 janvier 1731, Louise-Hippolyte monte sur le trône aux côtés de son époux. Un règne qui ne durera que quelques mois puisque la Souveraine décédera prématurément en fin d’année. Veuf, Jacques deviendra Jacques Ier de Monaco et gouvernera la Principauté pendant environ deux ans avant d’abdiquer en faveur de son fils Honoré III.

Depuis le mariage entre Jacques et Louise-Hyppolite, la famille princière s’est régulièrement rendue au château de Torigny, profiter de quelques mois au vert dans la campagne normande. Honoré III a lui-même continué de s’y rendre jusqu’à la Révolution de 1789.

Le Prince Albert s’est rendu à plusieurs reprises sur les terres de ses ancêtres. L’année dernière, il s’est déplacé à Granville pour inaugurer une exposition sur sa mère la Princesse Grace Kelly, mais également à Rouen pour l’exposition « Les Princes de Monaco en Normandie. Des Estouteville aux Grimaldi », qui est par ailleurs disponible en version virtuelle. À chaque déplacement, le Souverain ne manque en tout cas jamais de rappeler le lien fort qui unit la Principauté à la Normandie.


Le saviez-vous ?

Granville, la Monaco du Nord. « Sous le ciel de Méditerranée, Granville serait un autre Monaco », écrivait en 1885 l’écrivain et géographe Élisée Reclus. Avec sa ville haute perchée sur un rocher et sa réputation de station balnéaire huppée, la petite ville portuaire est très rapidement surnommée la « Monaco du Nord ». Un sobriquet qui sera exploité dans les campagnes publicitaires durant l’entre-deux-guerres puis dans les années 50 et 60 pour attirer les touristes.

Une école Grace de Monaco. Une école maternelle située à Valmont (Seine-Maritime) a été baptisée du nom de la Princesse Grace de Monaco. Le territoire de Valmont est historiquement lié à la Principauté puisqu’il s’agit des terres des ancêtres de Jacques Ier de Monaco, la famille d’Estouteville.