Alors que les opérateurs commencent à déployer leur réseau 5G, l’avenir de la 2G, lui, est au centre des préoccupations. À Monaco, la sentence est tombée et il ne sera plus question d’empiler ces deux réseaux d’ici 2022.

Le spectre des fréquences mobiles va se désengorger à Monaco. C’est en tout cas la volonté qu’a exprimé le Président de la Commission pour le développement du numérique, Franck Julien, lors des débats consacrés au budget rectificatif, le 6 octobre dernier. Il avait encouragé le Gouvernement princier à « accélérer l’extinction de la 2G », dans le but de « diminuer le taux d’exposition de la population monégasque aux ondes électromagnétiques.» Et il semblerait que sa requête ait été prise en compte puisque deux mois plus tard, le Gouvernement a annoncé – par la voix de son secrétaire général – l’extinction de la 2G d’ici deux ans.

La 2G encore utile ?

Le 9 juillet 2019, Monaco Telecom avait inauguré à l’Hôtel de Paris la couverture totale du territoire monégasque en 5G. Une nouvelle ère qui met en avant la question de l’utilisation de sa prédécesseure, la 2G. Si la deuxième génération cellulaire est destinée notamment aux objets connectés – ne nécessitant pas de gros débits – son utilisation baisse fortement. De son côté, Robert Colle, Secrétaire Général du Gouvernement monégasque, est sans appel. « La couper immédiatement n’est pas possible, car cette technologie supporte un certain nombre de services techniques. Nous avons demandé à Monaco Telecom de la couper fin 2022. »