Si la circulation du virus semble s’améliorer en Principauté, avec un taux d’incidence divisé par quatre en un mois, l’impact socio-économique de la crise est plus que jamais au cœur du débat. 

Alors que la France a entamé mardi une nouvelle étape de son déconfinement progressif, à Monaco, « le taux d’incidence a été divisé par quatre en un mois et le nombre de personnes hospitalisées en réanimation au CHPG a été divisé par deux » apprend-t-on à la suite de la 21 e réunion du Comité mixte de suivi qui s’est tenue vendredi 11 décembre au Ministère d’État. 

Des allègements envisagés dans les semaines à venir 

Si la situation sanitaire le permet, des ajustements pourraient intervenir notamment dans le domaine sportif où le Gouvernement « travaille à un retour sécurisé à la pratique sportive. » Le Comité mixte s’est également penché sur les aspects sociaux économiques de la crise, rappelant la nécessité de poursuivre les aides de la CARE, voire de les renforcer dans certains secteurs. « Nous continuerons à soutenir l’activité des artisans taxi, mais aussi des entreprises sous le coup de fermetures administratives » explique Jean Castellini, le ministre des finances.

Soutien à l’économie locale 

Parmi les commerçants les plus touchés, une attention particulière est portée à ceux de Monaco Ville, qui souffrent clairement de l’absence des touristes. « Nous allons proposer un service de taxi financé à un tiers par le commerce et deux tiers par le Gouvernement afin d’inciter les gens à se rendre plus facilement sur le Rocher. » Une initiative positive qui, espérons-le, rencontrera le même succès que l’opération « Carlo », qui a permis à l’État de réinjecter indirectement 5,5 millions d’euros dans l’économie locale par le biais de bons d’achats. 

>> À LIRE AUSSI : Comment les taxis font-ils face à la crise ?

>> À LIRE AUSSI : La campagne de vaccination anti-covid devrait débuter en 2021 à Monaco