Soutenu par des personnalités publiques telles que l’animateur Stéphane Bern ou l’écrivain Erik Orsenna, le Prince Albert II de Monaco a plaidé en faveur d’un « déconfinement des esprits » dans le but de « relancer une vie culturelle adaptée » dans un article du Journal du Dimanche.

Ce n’est un secret pour personne, la culture a lourdement été impactée par la crise sanitaire liée à la Covid-19. C’est pourquoi 33 personnalités à l’image de l’artiste Philippe Pasqua ou encore Robert Calcagno, directeur général de l’Institut Océanographique de Monaco, se sont unis pour apporter un renouveau au secteur.

Conscients de l’envie d’évasion grandissante, ils ont décidé de faire preuve de résilience en se focalisant sur l’avenir. « Il est temps d’opposer aux rebonds de l’épidémie un sursaut de l’enthousiasme. Outre l’économie, c’est la curiosité et la créativité qu’il faut relancer pour que nous sortions plus forts » ont-ils assuré.

Pour la crise environnementale et sociale qui grondait déjà ‘avant’, il n’y aura ni vaccin, ni baguette magique

L’alliance de l’art et de la science

Vous l’aurez compris, il n’est pas question de se laisser « étouffés par l’instant présent. » Si en Principauté une programmation culturelle est encore proposée au public, il apparaît qu’unir deux forces directrices de la civilisation serait la solution.

La première est la science, en première ligne dans la gestion de la crise, l’autre est l’art. En effet, « par des expositions, des spectacles, nombre d’institutions contribuent à l’éveil des consciences. » Alors pour relancer l’imagination, relever les défis planétaires et préparer un avenir plus paisible, agissons dans l’intelligence collective.