La Fondation Prince Albert II de Monaco a signé jeudi dernier l’Arctic Commitment qui interdit l’utilisation et le transport de fioul lourd en Arctique. La Fondation rejoint ainsi la Clean Arctic Alliance aux côtés de plus de 165 ONG, entreprises, représentants politiques et explorateurs.

Les régions polaires sont les plus touchées par les effets négatifs du réchauffement climatique. Pour protéger les écosystèmes et les populations de l’Arctique, l’Arctic Commitment lancé à Tromso en 2017 par la Clean Arctic Alliance, vise à éliminer l’utilisation et le transport de fioul lourd (heavy fuel oil ou HFO) dans la région arctique. Depuis le 21 janvier dernier, la Fondation Prince Albert II s’est engagée à soutenir cette initiative.

Les activités de transport et de tourisme… représentent aujourd’hui un vrai risque pour l’équilibre de la région polaire

Olivier Wenden, vice-président et administrateur délégué de la Fondation Prince Albert II de Monaco

En raison du réchauffement climatique, de nouvelles routes maritimes s’ouvrent et de plus en plus de navires circulent dans l’Arctique. Pour la Clean Arctic Alliance dont fait partie la Fondation Prince Albert II, il devient essentiel d’interdire le HFO, un combustible fossile polluant utilisé dans 80 % du transport maritime mondial. Cette interdiction entrera en vigueur en 2024.

Une région au cœur des préoccupations du Prince

A travers sa fondation, le Prince Albert II lutte pour le respect de l’environnement et plus particulièrement dans la préservation des mers et océans. Le pôle Nord est l’une des zones d’action privilégiées de la Fondation Prince Albert II. En 2006, le Souverain a effectué une traversée de 120 kilomètres en Arctique afin d’alerter sur le réchauffement climatique. Mais, ce n’est pas tout, en près de quinze ans, plus de 90 projets différents ont été menés par la Fondation Albert II, dans cette région.

>> A LIRE AUSSI : Alban Michon, explorateur polaire, plongeur extrême, engagé contre la montée des eaux