Compte tenu de l’évolution défavorable de la situation sanitaire dans les Alpes-Maritimes, département frontalier de la Principauté, Monaco a opté pour un accès plus réglementé à ses restaurants.

Il est fini le temps où les Français faisaient une escapade culinaire à Monaco pour oublier confinement et couvre-feu. Face à la recrudescence de cas dans les Alpes-Maritimes, le maire de Nice, Christian Estrosi a suggéré, le 28 décembre dernier, lors d’un conseil de santé publique, une régulation des flux de circulation avec Monaco.

Ainsi, dans un souci de protection de la population et de maintien de l’activité économique, le Gouvernement princier a limité l’accès à ses restaurants aux seules personnes justifiant d’une résidence (y compris dans un hôtel) ou d’un travail à Monaco. Une mesure qui a pris effet le samedi 2 janvier à 19 h et qui concerne le déjeuner comme le dîner.

Renforcement des contrôles dans les restaurants monégasques

Pour l’heure, le Gouvernement princier maintient l’ensemble des mesures en vigueur : le couvre-feu, la fermeture des bars et des établissements de nuit, ainsi que le port du masque obligatoire. Même si Monaco enregistre un taux d’incidence deux fois moins important que dans le département voisin, il n’est pas exclu de renforcer les mesures, si la situation sanitaire le justifie.

Les restaurants restent ouverts, mais doivent toujours respecter une distance d’1m50 entre chaque table, ainsi que le nombre maximum de six convives. Par ailleurs, les réservations sont obligatoires. Quoi qu’il en soit, les contrôles sont renforcés afin de garantir un respect des gestes barrières en Principauté. Les cinq restaurants qui ont fait l’objet d’une fermeture administrative à quelques heures de Noël peuvent en attester.

Travel Club Monaco