La Principauté de Monaco prend part à une réunion internationale qui se tient du 10 au 12 février, pour réduire les captures accidentelles de cétacés.

Dauphins, baleines, marsouins, rorquals et autres mammifères marins sont menacés par l’homme. En effet, la principale cause de mortalité de ces cétacés reste les captures accidentelles dans les engins de pêche, aussi appelées le bycatch. Ce problème sévit dans toutes les eaux d’Europe, de la mer Baltique à l’Atlantique, en passant par la Méditerranée et la mer Noire. 

Conscients de l’importance de ce sujet, deux accord pour la protection marine L’ACCOBAMS et l’ASCOBANS ont créé un Groupe de Travail Conjoint sur les Captures Accidentelles en 2019. Le but, surveiller et atténuer ces accidents. Dans le cadre de ce groupe de travail, une première réunion a eu lieu cette semaine.

>> A LIRE AUSSI : Méditerranée : Quand le bruit humain met en danger la faune marine

Une première réunion virtuelle

Membres du Groupe de travail, experts et observateurs intéressés participent à la première réunion. Contraint par la crise sanitaire, cette réunion se fait par visioconférence. Ce sont plus de 150 personnes venues du monde entier qui y participent.

Lors des deux premiers jours, la parole est aux experts qui partagent leurs expériences. Le dernier jour se concentre sur les décisions à prendre et les priorités à traiter par les membres du Groupe de Travail dans les années à venir.

Le captures accidentelles des mammifères marins dans les engins de pêche n’est qu’un problème parmi tant d’autres. Les navires menacent considérablement les mammifères en Méditerranée.