À l’issue d’une séance de tirs au but parfaitement négociée, l’AS Monaco a assuré sa qualification pour les quarts de finale de la Coupe de France, en venant à bout du FC Metz, ce mardi soir au Louis II. Omniprésent, Djibril Sidibé a été le meilleur monégasque de la rencontre, tandis que Radoslaw Majecki a réalisé quelques interventions précieuses.

>> À LIRE AUSSI : Coupe de France : L’AS Monaco assure sa qualification pour les quarts de finale

>> À LIRE AUSSI : Ligue 1 : L’AS Monaco écrase Metz et monte sur le podium

Radoslaw Majecki (6) : S’il n’a rien pu faire sur les tirs au but messins (Maïga a frappé au-dessus), le Polonais a repoussé les rares tentatives adverses tout au long de la rencontre. D’abord sur un premier ballon sagement capté sur une action de Leya Iseka (14′), puis sur une nouvelle tentative de l’attaquant belge repoussée en deux temps (43’). En fin de rencontre, Majecki a légèrement dévié une frappe lointaine de Sarr (84′).

Djibril Sidibé (7) : Le meilleur monégasque ce soir. Solide dans ses interventions, généreux dans l’effort et dans la récupération, présent offensivement dans son couloir droit, l’international français a également soigneusement servi ses coéquipiers dans la profondeur. En prime, un pénalty parfait dans la lucarne.

Guillermo Maripan (6) : L’international chilien a repoussé de nombreux ballons de la tête et a coupé quelques trajectoires, soulageant sa défense et empêchant les Messins de se créer de réelles occasions, si ce n’est sur les situations repoussées par Majecki.  

Benoît Badiashile (6) : Serein, le jeune défenseur monégasque s’est montré appliqué, avec quelques belles interventions bien senties à la clé. Remplacé à la mi-temps par Axel Disasi (6), auteur d’une ouverture lumineuse à destination de Gelson Martins qui a manqué son duel (50’).

Fodé Ballo-Touré (6) : Solide défensivement et actif dans son couloir gauche, l’international sénégalais a notamment offert un bon centre à destination de Diatta qui n’en a pas profité (23’). Remplacé par Caio Henrique (68’).

Youssouf Fofana (6) : Techniquement irréprochable dans l’entrejeu mais moins rayonnant dans la récupération que lors du dernier match, le milieu de terrain monégasque a décoché une frappe surpuissante qui a été claquée par Oukidja (31’). Un bon ballon à destination de Volland (52’) à signaler également.

Eliot Matazo (5) : Discret, la jeune pépite monégasque n’a pas eu le même impact qu’il y a trois jours en championnat. Mais Matazo a quand même collé ses vis-à-vis pour les gêner au maximum, tout en grattant quelques rares ballons. Remplacé par Aurélien Tchouaméni (79’), qui s’est fendu d’une belle reprise de volée contrée pour son premier ballon (80’) et d’une tête au-dessus du cadre (90+3’).  

Krépin Diatta (4) : Quelques interventions défensives musclées, une volonté de repiquer un peu plus dans l’axe en collant moins la ligne, mais une rencontre une nouvelle fois bien terne pour l’international sénégalais qui ne s’est pas montré dangereux. Remplacé par Stevan Jovetic (68’), qui a trouvé la barre transversale d’une frappe bien sentie (80’) et qui a offert la qualification à l’ASM en marquant le dernier pénalty.

Gelson Martins (4) : Pour sa première titularisation depuis son retour de blessure, l’international portugais a vécu une soirée frustrante. Disponible, généreux, Gelson Martins a manqué deux face à face décisifs, le premier en début de match sur un service de Ben Yedder (3’), le second sur une nouvelle offrande de l’international français suivi d’une frappe repoussée (31’). Remplacé par Cesc Fabregas (59’).

Kevin Volland (5) : Plus en retrait qu’à son habitude, avec moins d’abatage dans ses décrochages, l’international allemand s’est mis en évidence d’une tête timide (23’) et d’un délicieux enchaînement contrôle orienté, frappe, qui s’est soldé par un tir trop tendre capté par Oukidja (67’). Pour le reste, pas grand-chose. Mais Volland a tranquillement ajusté son tir au but.

Wissam Ben Yedder (5) : Il aurait pu signer deux passes décisives. Mes ses deux délicieuses offrandes n’ont pas été concrétisées par Gelson Martins, pas assez réaliste (3′, 31′). Pour le reste, l’international français n’a pas assez pesé, si ce n’est sur une ultime frappe qui aurait pu trouver la faille (90+2’). Ben Yedder a également transformé son pénalty d’une frappe puissante.