En s’imposant largement face au FC Metz (4-0), ce samedi après-midi au Louis II, les Monégasques ont envoyé un signal fort à la Ligue 1. Auteur d’une parade étincelante en fin de première période, Benjamin Lecomte a sauvé les siens. Le duo Volland-Ben Yedder s’est quant à lui à nouveau distingué avec trois buts. Retrouvez les notes des joueurs de l’AS Monaco face à Metz.

>> À LIRE AUSSI : Ligue 1 : L’AS Monaco écrase Metz et monte sur le podium

>> À LIRE AUSSI : Stevan Jovetic doit-il terminer la saison dans la peau d’un titulaire ?

Benjamin Lecomte (7) : Il a sauvé les siens en fin de première période. Alors que Monaco a souffert dans les cinq dernières minutes, le portier monégasque a sorti une parade de classe pour détourner une frappe de Gueye à bout portant en se couchant parfaitement (41’). Pour le reste, Lecomte a beaucoup parlé à sa défense, tout en touchant beaucoup de ballons au pied.

Djibril Sidibé (6) : L’international français a souvent couvert sa charnière en se repliant dans l’axe. Serein dans ses interventions, Sidibé s’est également projeté vers l’avant à plusieurs reprises. Remplacé par Chrislain Matsima (83’).

Travel Club Monaco

Guillermo Maripan (7) : L’international chilien a pris de nombreux ballons de la tête, tout en annihilant certaines occasions messines grâce à sa belle lecture. Un excellent retour dans les pieds sur Yade (45’), qui allait se présenter seul face à Lecomte.

Axel Disasi (7) : Le capitaine de l’AS Monaco a réalisé de nombreuses interventions au sol, tout en se montrant solide dans les airs. Un match plein de l’ancien rémois.  

Caio Henrique (6) : Bien en place défensivement, l’international brésilien U23 a souvent défendu en avançant, tout en apportant du soutien offensivement dans son couloir gauche.

Eliot Matazo (7) : Aurélien Tchouaméni peut dormir sur ses deux oreilles. Niko Kovac aussi. En l’absence du milieu de terrain monégasque, suspendu mais également blessé, « Rio » a parfaitement tenu son rôle dans l’entrejeu. Un précieux retour défensif dans la surface (13’) à son actif, mais surtout une conduite de balle formidable qui a laissé la défense messine apathique sur le but de Volland (53’). Remplacé par Florentino Luis (75’).

Youssouf Fofana (7) : Le milieu de terrain de l’ASM a parfaitement encadré son jeune compère et a récupéré de nombreux ballons. S’il a frappé à deux reprises à côté (7’, 38’), Fofana a également empêché à plusieurs reprises les Messins de partir en contre-attaque.

Cesc Fabregas (6) : Moins tranchant dans ses passes qu’à l’accoutumé, le champion du monde a néanmoins souvent combiné au sol avec le trio Golovin-Volland-Jovetic. C’est lui qui ouvre le score et qui débloque la rencontre en transformant le pénalty obtenu par Jovetic (50’). Remplacé par Gelson Martins (75’), qui a provoqué un pénalty en fin de rencontre sur une accélération fulgurante.

Aleksandr Golovin (6) : Très à l’aise dans les petits espaces, l’international russe a bien combiné avec Fabregas et Volland. Si ses prises de balle sont un régal, Golovin ne s’est pas montré assez tranchant, à l’image d’une frappe qu’il ne tente pas sur un service de Jovetic (30’) et d’une tentative enroulée au-dessus (56’). Remplacé par Krépin Diatta (64’), qui s’est fendu de quelques centres dangereux.

Kevin Volland (7) : Comme à son habitude, l’international allemand a beaucoup couru et a réalisé un match plein, tant sur le plan offensif que défensif. Disponible, Volland s’est battu sur chaque ballon dans sa zone et s’est procuré plusieurs occasions franches (23’, 33’), jusqu’à ce but plein de sang-froid sur un service parfait de Matazo (53’).

Stevan Jovetic (6) : L’international monténégrin est passé tout proche de marquer à plusieurs reprises. Mais il lui a manqué un peu de réussite. Sur une passe sublime de Volland en profondeur, Jovetic a crocheté Caillard, avant de frapper à côté (8’). Pour le reste ? Une frappe trop tendre (13’) et une accélération tranchante, ponctuée d’un grand pont, qui provoque le pénalty transformé par Fabregas (50’). Remplacé par Wissam Ben Yedder (64’), auteur d’un doublé. D’abord sur un enchaînement magnifique, suivi d’une frappe imparable (77’). Puis sur un pénalty parfaitement ajusté (89’).