51 chauffeurs de taxis monégasques ont roulé lentement autour du circuit du Grand Prix, pour manifester leur colère.

C’est à 14h30 le lundi 19 mai que les chauffeurs monégasques se sont donné rendez-vous au départ de l’héliport. Cette manifestation découle d’une conversation entre le Gouvernement et l’association des exploitants de taxis indépendants de Monaco (AETIM).

Ce que dénonce la profession ? Les autorisations d’exercer qui auraient été délivrées à des taxis étrangers dont certains “ayant attiré défavorablement l’attention des services de police dans le passé” explique Christophe Bovini, le président de l’association, dans un message.

11 vignettes délivrées

Les 11 vignettes attribuées par le Gouvernement monégasque aux taxis étrangers permettent surtout de récupérer des clients en Principauté. Dans leur message, les taxis monégasques mettent également en lumière le manque de sécurité des VTC français, en rappelant que les taxis de Monaco sont contrôlés au moins une fois par an, qu’ils sont trackés par GPS et qu’une enquête de la sécurité publique est effectuée avant de devenir chauffeur.

Ces derniers veulent faire valoir le respect de la priorité nationale et les pertes dues à la crise sanitaire, qui ont tout de même été atténuées par la mise en place de la mesure “Ticket Taxis+”.

Travel Club Monaco