Des jardinières jusqu’au port, peu d’endroits semblent être épargnés par les mégots. Fumeurs comme non-fumeurs, vous avez partagé pour Monaco Tribune vos avis sur les mégots en Principauté sur notre groupe et page Facebook.

Des rues devenues cendriers

Où sont donc les endroits où les mégots sont beaucoup (trop) présents ? Jeannine nous écrit d' »aller au Suffren, 7 rue Suffren Reymond, regardez les jardinières. Elles sont pleines de mégots… c’est peut-être nouveau ça fait pousser les plantes… humour noir. » Des jardinières qui servent de cendriers pour certains. Maëva nous partage que « les jardinières de ma ruelle sont devenues des cendriers. On a eu beau posé des cendriers, ils ne sont pas utilisés. »

En plus des goélands au-dessus de vos têtes qui vous donnent des frayeurs, certains doivent s’inquiéter des mégots comme Carmela. « Quand vous habitez en rez-de-chaussée, il n’y a pas que les mégots que les voisins du haut jettent.« 

Des avis qui réunissent aussi bien les fumeurs que les non-fumeurs que les anciens fumeurs comme Bernard. « J’ai été fumeur, je cherchais toujours un cendrier. Je constate tous les jours Place des Moulins à l’Oliveraie, toutes les tables ont un cendrier et bien 90% des fumeurs, hommes comme femmes, jettent leurs mégots dans les jardinières, partout parterre ! « 

Il faudrait interdire de fumer, point.

Les « pauses clopes » au travail

Dans vos messages, vous nous dîtes que c’est le plus souvent proche de lieux de travail où les mégots sont les plus présents. « Il y a la rue de la Turbie où certains commerçants jettent leurs mégots allumés dans la rue au risque qu’un chien marche dessus ou qu’un enfant ne tombe dessus et se brûle, quand on leur demande de ne pas le faire, on se fait insulter. Alors que faire ? Je pense qu’on devrait obliger les commerçants à avoir des cendriers devant leur porte » nous explique Patrick. Nicola rajoute : « Oui, et aussi tous les arrêts bus, celui en face du Méridien surtout ! » Giuseppe écrit qu’ « ils jettent partout et aussi dans les égouts… Il faudrait interdire de fumer point. »

Travel Club Monaco

Un agent de la SMA nous raconte que parfois sa « pelle pouvait être remplie que de mégots. » Il nous donne aussi les coins préférés des fumeurs à Fontvieille : « En face du Centre d’Imagerie et de Décathlon. »

Certains fumeurs sont aussi aperçus sur les ports. « Je suis quand même très agacé de voir des personnes jeter leur mégot n’importe où si ce n’est dans le port. Pourtant je suis fumeur et cela ne viendrait pas à l’esprit de jeter un mégot n’importe  » nous raconte Frédéric. Quant à Jean-François, il explique que « ce serait bien de sensibiliser les équipages des bateaux qui fument sur le port et jettent discrètement leurs mégots à l’eau. Si un représentant du port pouvait passer sur les bateaux et distribuer ces cendriers ce serait déjà un premier pas... »

C’est comme les cacas des chiens et les gens qui laissent les sacs au sol après avoir ramassé.

Vos méthodes pour ne pas polluer l’environnement

Certains pratiquent d’ores et déjà des astuces pour lutter contre ce « fléau du siècle » comme le décrit Ghislaine. Laure explique que « je fume dehors et je jette dans les poubelles en étant sûre que le mégot est éteint. Sinon j’ai acheté les cendriers de poches qui se vendent au bureau de tabac et je mets mon mégot dedans. Je ne comprends pas qu’on jette ses clopes par terre… c’est comme les cacas des chiens et les gens qui laissent les sacs au sol après avoir ramassé.« 

Gloria, les rares fois où elle va à la plage, « j’ai mon pot qui se ferme hermétiquement, je mets un peu d’eau et je jette mes mégots dedans. »

Mégots monaco zero déchet
©  Monaco Tribune / Alexis Gertaldi

Des cendriers gratuits pour tous

Pour lutter contre les mégots, la Mairie de Monaco a lancé l’opération « Monaco Zéro Mégot ». Dans le cadre de cette initiative, les plages sont devenues non-fumeurs, comme celle du Larvotto, qui vous a laissé avec des avis divergents. Les cabines de Visit Monaco distribuent aussi des cendriers aux touristes et aux résidents. Petit et aux couleurs de Monaco, ce cendrier connaît un véritable « tabac » sur nos réseaux. Comme pour Michèle « les mégots, c’est vraiment un fléau. Comme d’habitude manque de respect de notre belle société dans laquelle on vit. Bravo pour les cendriers ! »

Des petits cendriers qui semblent être tout aussi collectionnables que des pièces et des timbres de collection de la Principauté. José démontre son envie « J’en veux un ! » Une envie partagée par les non-fumeurs comme Claudia, « je ne fume pas, mais j’aimerais bien un petit cendrier« . Ou Ephine qui, elle, veut conserver le cendrier pour sa collection personnelle. « Je veux grave un de ces cendriers en mode collector. »

Pour finir, Maya considère ce projet comme une « excellente initiative. Comme les sacs pour les crottes de chiens on s’habituera à respecter les espaces publics en jetant ses mégots dans les endroits réservés. Petit à petit, l’oiseau fait son nid. Bravo pour l’initiative. À la plage aussi, c’est formidable cet espace fumeur !« 

Monaco zero mégot mégot
©  Monaco Tribune / Alexis Gertaldi