En plein essor depuis son lancement il y a près de quatre ans, la section féminine de l’AS Monaco Rugby fait aujourd’hui les beaux jours du club. Grand artisan de ce succès naissant, Fabien Camin revient sur le développement d’une catégorie qui ne cesse de prendre de l’ampleur.

Balayer les préjugés et les clichés, voilà l’objectif de l’AS Monaco Rugby. « Les gens ont encore parfois cette image de sport de bourrins, regrette Fabien Camin, le fondateur et manager de la section féminine de l’ASM Rugby. Mais avec la médiatisation en hausse de la discipline, les filles se penchent de plus en plus sur le rugby. »

Une volonté de former des jeunes joueuses

Et ce n’est pas le récent succès de l’équipe de France féminine de rugby à sept lors des derniers Jeux Olympiques de Tokyo qui dira le contraire. Avec une médaille d’argent décrochée au Japon, les coéquipières de Fanny Horta ont surfé sur leur magnifique victoire lors du TQO à Monaco pour élever encore un peu plus le rugby féminin au rang des sports qui montent.

Des clubs féminins se créent, contrairement à certains clubs masculins de petits villages qui disparaissent. »

Fabien Camin, manager de la section féminine de l’AS Monaco Rugby.

« De plus en plus de clubs féminins se créent, contrairement à certains clubs masculins de petits villages qui ont tendance à disparaître, confie Fabien Camin. À Monaco, notre ambition est de développer le rugby féminin, en formant un maximum de jeunes joueuses et en gravissant les échelons avec notre équipe senior. »

Une valorisation de la mixité en école de rugby

Pour s’y faire et malgré certaines contraintes au niveau des infrastructures, la section féminine de l’AS Monaco se structure à travers son équipe senior, tout en suivant les performances des jeunes pousses de l’école de rugby, qui s’entraînent avec les garçons jusqu’à leur 15 ans. « La politique du club est de valoriser cette mixité, en permettant à nos jeunes joueuses d’évoluer avec les garçons. »

Travel Club Monaco

>> À LIRE AUSSI : TQO Rugby à 7 : L’équipe de France féminine valide son billet pour les JO de Tokyo

Grâce au sport santé et au beach rugby notamment, la discipline attire des jeunes filles de tous les âges. De quoi permettre la création de deux équipes inscrites en championnat dès cette saison, une à sept et une autre à dix. « Les licences sont en cours de finalisation mais lors du premier entraînement, il y avait près de 17 filles. Nous tablons sur 40 joueuses cette saison. »

À terme, pour les filles de 15 à 18 ans, l’objectif est également de créer une entente avec d’autres clubs de la région, comme le Stade Niçois, le Rugby Olympique de Grasse ou encore le Stade Laurentin Rugby. « Il est important d’unir nos forces avec le réservoir de joueuses de la région pour former une équipe compétitive. » L’essor du rugby féminin sur le Rocher et sur la Côté d’Azur ne fait que commencer.