Publicité »
Publicité »
Portrait

Davide Lewton Brain, petit prince des patins

Lewton-Brain-Davide
Belinda Schoenberger

Grand espoir de sa discipline, le patineur artistique monĂ©gasque rĂ©alise un excellent dĂ©but de saison. L’occasion de revenir sur le parcours de cet athlĂšte ambitieux et passionnĂ©, qui fait la fiertĂ© de la PrincipautĂ© Ă  l’international.

Publicité

Vous l’avez peut-ĂȘtre croisĂ©, il y a quelques annĂ©es, sur la patinoire Ă©phĂ©mĂšre nichĂ©e sur le Port Hercule. Souvenez-vous. Un petit garçon chĂątain de huit ans, plutĂŽt douĂ© patins aux pieds. Quinze ans plus tard, Davide Lewton Brain a bien grandi et fait aujourd’hui la fiertĂ© de la PrincipautĂ© au-delĂ  de nos frontiĂšres.

Il faut dire qu’avec une mĂšre danseuse Ă©toile au sein des Ballets de Monte-Carlo et un pĂšre Ă©galement danseur et aujourd’hui ostĂ©opathe, le destin du jeune homme semblait tout tracĂ©. À 23 ans, ce Niçois de naissance d’origine italienne par sa mĂšre et anglaise par son pĂšre dĂ©fend les couleurs de Monaco sur les compĂ©titions internationales de patinage artistique.

Les Jeux Olympiques, son rĂȘve

PrĂ©sent rĂ©cemment au championnat d’Europe qui se sont dĂ©roulĂ©s Ă  Tallinn en Estonie, l’étudiant en Master 2 de marketing a une nouvelle fois brillĂ©, confirmant ses progrĂšs. PassĂ© tout proche d’une qualification pour les Jeux Olympiques d’hiver qui se dĂ©roulent en ce moment mĂȘme Ă  Beijing (Chine) oĂč trois athlĂštes monĂ©gasques sont prĂ©sents, Davide Lewton Brain rĂȘve d’une qualification pour les JO 2026.

Génétiquement, avec des parents danseurs, Davide a rapidement eu des prédispositions pour le patinage artistique

Valérie Gallo

Mais avant de penser Ă  l’échĂ©ance olympique, le jeune homme se concentre sur les Mondiaux, qui se dĂ©rouleront en mars prochain du cĂŽtĂ© de Montpellier. « Il me reste trois compĂ©titions en fĂ©vrier pour m’y qualifier, nous a-t-il confiĂ© depuis Sofia en Bulgarie, premiĂšre de ses trois Ă©chĂ©ances Ă  venir, qui l’a vu signer une deuxiĂšme place sur le programme court. AprĂšs deux annĂ©es frustrantes Ă  cause de la pandĂ©mie de Covid-19, je suis motivĂ© Ă  l’idĂ©e de rĂ©aliser une grande saison. »

© Belinda Schoenberger

PassionnĂ© par son sport depuis qu’il est tombĂ© dedans Ă  l’ñge de huit ans sur la patinoire Ă  ciel ouvert de la PrincipautĂ©, Davide Lewton Brain a fait preuve d’une immense dĂ©termination pour faire carriĂšre et rivaliser avec des adversaires qui ont dĂ©butĂ© trĂšs tĂŽt en compĂ©tition. « Davide s’est pris d’amour pour le patinage dĂšs qu’il a commencĂ©, sourit ValĂ©rie Gallo, qui l’accompagne depuis de nombreuses annĂ©es sur les compĂ©titions et qui a suivi sa progression. GĂ©nĂ©tiquement, avec des parents danseurs, Davide a rapidement eu des prĂ©dispositions pour le patinage artistique.

Il a rĂ©ussi Ă  dĂ©velopper la maĂźtrise des sauts grĂące Ă  cette gĂ©nĂ©tique, mais il doit aujourd’hui se battre avec des garçons qui ont dĂ©butĂ© l’école de glace Ă  l’ñge de cinq ans. Ils ont acquis toutes les difficultĂ©s avant la pubertĂ© et avant que le corps se mĂ©tamorphose. Quand Davide a dĂ©butĂ©, son corps avait dĂ©jĂ  Ă©voluĂ©. Mais c’est un travailleur acharnĂ© qui fait avec ses atouts et qui obtient des rĂ©sultats. »

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Hugo Micallef, prince des rings à la sensibilité artistique

Annecy, sa ville d’adoption

Il faut dire que par rapport Ă  ses homologues de l’Est et du Nord de l’Europe, et mĂȘme de la France, Davide n’a pas eu accĂšs aux mĂȘmes infrastructures Ă©tant jeune. Membre de la FĂ©dĂ©ration MonĂ©gasque de Patinage (FMP), le Niçois a dĂ» s’exiler Ă  ses quinze ans du cĂŽtĂ© d’Annecy, pour poursuivre sa formation. Une ville charmante, rĂ©putĂ©e pour sa vieille ville et ses pavĂ©es, mais aussi pour ses nombreux canaux et son lac, qu’il n’a plus jamais quittĂ©.

Ce n’est pas facile de tout concilier mais j’ai conscience de la chance que j’ai de pratiquer ma passion au quotidien

Davide Lewton Brain

« Je ne me voyais pas habiter dans une ville qui n’a pas de point d’eau, comme Grenoble ou Paris. Quand tu as grandi Ă  Monaco, avec la mer tous les Ă©tĂ©s, tu as besoin d’une ville avec des activitĂ©s en extĂ©rieur, sourit celui qui partage ses longues journĂ©es entre sĂ©ances d’entraĂźnement et Ă©tudes Ă  distance de marketing. J’ai aussi des sĂ©ances de prĂ©paration physique et mentale. Ce n’est pas facile de tout concilier mais j’ai conscience de la chance que j’ai de pratiquer ma passion au quotidien. Â»

« RĂ©servĂ© mais drĂŽle et agrĂ©able Ă  vivre Â», selon les mots de ValĂ©rie Gallo, le protĂ©gĂ© de la FMP ne cache pas sa fiertĂ© de porter haut et fort les couleurs de la PrincipautĂ©. « Il n’y a pas beaucoup de patineurs monĂ©gasques, alors c’est toujours un plaisir de hisser le drapeau de la PrincipautĂ© Ă  l’international. Â» Une expĂ©rience dĂ©jĂ  inoubliable qu’il espĂšre faire durer le plus longtemps possible.

LIRE AUSSI : RENCONTRE. Laura Gramaglia, prometteuse cavaliÚre monégasque en endurance équestre