Trois députés ukrainiens se sont exprimés, sur la situation dramatique que connaît leur pays depuis fin février.

« Je veux commencer cette journée en exprimant, avec vous, notre entière solidarité à la population ukrainienne. » Voilà comment le Président du Conseil national, Stéphane Valeri, a introduit la conférence des présidents de l’Assemblée Parlementaire de la Francophonie ce lundi 4 avril.

Cette conférence, qui se termine ce mardi, réunit 19 délégations et une cinquantaine de participants et a pour but initial de défendre la Francophonie. Cette fois-ci, la langue française a également servi de tremplin pour promouvoir « des valeurs d’humanisme et de liberté », dans un contexte géopolitique particulièrement tendu.

LIRE AUSSI : Soutenez l’Ukraine avec votre prochaine sortie culturelle

Deux parlementaires ukrainiennes étaient présentes dans le Grand Hémicycle. « Le sort de l’Ukraine nous bouleverse et ne nous laisse pas indifférents », leur a assuré Stéphane Valeri, rappelant que « la francophonie trouve sa source dans les valeurs répandues depuis le siècle des lumières par ceux qui défendaient, parfois au prix d’un exil, parfois au péril de leur vie, la force de l’état de droit face à l’arbitraire et à l’absolutisme. »

parlementaires-ukraine-conseil-national
Lesia Vasylenko et Alyona Shkrum étaient présentes dans le Grand Hémicycle – © Conseil national

Par la suite, le Président du Parlement, Rouslan Stefantchouk, s’est exprimé par visioconférence, en direct depuis la Rada (le parlement ukrainien). Les trois parlementaires sont longuement revenus sur l’invasion russe et ses conséquences dramatiques sur le peuple ukrainien.

conseil-national-president-parlement-ukraine
Rouslan Stefantchouk, Président de la Rada, était en visioconférence – © Conseil national

Suite à ces échanges, Stéphane Valeri a rappelé les mesures de soutien mises en œuvre par le Conseil national et le Gouvernement Princier. Un soutien qui se traduit notamment par la politique d’accueil des réfugiés ukrainiens en Principauté, mais aussi par le travail mené par la Croix-Rouge Monégasque, qui a levé plus d’1,5 million d’euros d’aide humanitaire, en faveur des victimes du conflit.