Engagés à des postes clés dans l’organisation du Rolex Monte-Carlo Masters depuis plusieurs années, Georges Fortunier, Élodie Lhomer et Thierry Pommier participent à leur manière au bon déroulement du tournoi.

Georges Fortunier, responsable de la tribune Italie

Si vous apercevez sa grande silhouette aux abords de la tribune Italie, lunettes de soleil sur le nez et talkie-walkie à l’oreille, vous ne pouvez pas vous tromper. Il s’agit bien de Georges Fortunier, le responsable de la plus grande tribune du court Rainier III. Pour la quatorzième année consécutive, ce Stéphanois de naissance et de coeur – il supporte évidemment l’AS Saint-Etienne – arpente les coursives du Rolex Monte-Carlo Masters en veillant sur sa zone affrétée.

ll faut veiller à ce que le public soit accueilli dans les meilleures conditions

Georges Fortunier

« Il faut veiller à ce que le public soit accueilli dans les meilleures conditions, souffle celui qui gère près de vingt-cinq personnes, des contrôleurs de billets aux hôtesses d’accueil en loges. Il est important, une fois la vérification de la tribune le matin effectuée, de veiller à ce que tout se passe pour le mieux avec les contrôleurs. Gérer l’afflux des gens à chaque changement de côté n’est jamais évident. »

Installé à Menton depuis son arrivée sur la Côte d’Azur, Georges Fortunier a vu défiler un nombre impressionnant de personnalités au sein de sa tribune. Une activité qu’il exerce désormais à la retraite et qu’il n’est pas prêt à arrêter. « Le tournoi m’a fait adorer le tennis ! »

Élodie Lhomer, membre du staff de la boutique

À chaque fin de match sur le central, les enfants et leurs parents se ruent dans la boutique officielle du Rolex Monte-Carlo Masters. Mais pas de panique. Élogie Lhomer est là pour les accueillir.

Ce qui se vend le plus ? Les casquettes !

Elodie Lhomer

« Ce qui se vend le plus ? Les casquettes ! lance-t-elle dans un sourire. Mais aussi les tee-shirts et les grosses balles jaunes. » Des balles de tennis de la taille d’un ballon de football qui permettent aux jeunes fans de partir à la pêche aux autographes quand un joueur pointe le bout de son nez à la sortie de l’entraînement.

LIRE AUSSI : Rolex Monte-Carlo Masters : Lucas Catarina tout proche de l’exploit 

Membre du staff de la boutique depuis cette année, Élodie Lhomer était contrôleuse de billets les années précédentes, sous la responsabilité d’un certain… Georges Fortunier. « C’est une autre ambiance, confie cette lilloise d’origine, installée à Menton depuis six ans et qui officie également comme hôtesse sur les matchs de la Roca Team. Le côté terrain me manque un peu, mais les personnes de la boutique sont cool. »

Thierry Pommier, responsable des ramasseurs de balles

Il ne s’en souvient même plus. « Vingt-six ans, si je ne me trompe pas, énumère-t-il à voix haute. Oui, c’est bien ça. J’ai pris part à ma première édition en 1996. » Professeur de tennis au Tennis Club Nice Giordan, Thierry Pommier encadre les ramasseurs de balles du tournoi monégasque depuis maintenant près de trois décennies. Une opportunité qu’il a saisi un peu par hasard au détour d’une rencontre.

Cette année, ils sont soixante-dix-huit. On a un bon groupe, comme à chaque édition

Thierry Pommier

« Eric Seigle (aujourd’hui directeur du Monte-Carlo Country Club) m’avait demandé dans un ascenseur si je voulais faire partie de l’équipe des ramasseurs de balles. Je lui avais répondu que j’allais y réfléchir. Il m’a dit de lui donner la réponse au rez-de-chaussée. J’ai dit oui. » En 1996, l’aventure est lancée. Depuis ce jour, Thierry Pommier n’a jamais manqué une seule édition du tournoi.

Promu responsable en 2008, ce fan de Roger Federer a formé et encadré des centaines de jeunes ramasseurs de balles. Des gamins et des jeunes filles de 12 à 16 ans, venus de tous les horizons. « Cette année, ils sont soixante-dix-huit. On a un bon groupe, comme à chaque édition. » Des jeunes passionnés de tennis qui pour certains, enchaîneront en mai prochain à Roland-Garros.