Boxe : 3 questions à Hugo Micallef avant son combat face à Mauro Loli

Hugo-Micallef
Romain Boisaubert/Monaco-Tribune

De retour sur les rings après plusieurs mois d'absence pour une fracture à la main droite lors de son deuxième combat professionnel en janvier dernier, le boxeur monégasque (super-légers) s'apprête à défier le boxeur italien Mauro Loli, ce samedi 16 juillet à Magdebourg en Allemagne. Un combat qui sera diffusé sur ESPN.

Son retour à la compétition

"J'ai passé quelques mois à faire de la rééducation. J'ai travaillé sans donner de coup, en faisant surtout du cardio et de la musculation. Mais j'ai récupéré plus vite que prévu. Ma main s'est reconstituée comme il fallait (Hugo Micallef a été opéré au CHPG de Monaco par le chirurgien Tristan Lascar, ndlr). J'ai pu recommencer à frapper et réaliser des combats contre des sparring-partners. Aujourd'hui, je n'ai plus aucune douleur. Je me sens à 100%."

Son regard sur Mauro Loli

"C'est un nouveau défi, une étape de plus à gravir dans ma carrière et à mon palmarès. C'est un boxeur gaucher, ce qui est complètement différent des boxeurs habituels, majoritairement droitiers. La garde n'est pas la même, les habitudes sont différentes. C'est un peu comme un miroir face à nous, avec une garde inversée.

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Andreï Micallef, au nom du fils

Mais grâce à mes nombreuses années dans la boxe et mes cent trente combats chez les amateurs, j'ai eu l'occasion à de nombreuses reprises d'affronter des gauchers. Je ne pars pas dans l'inconnu. C'est également un boxeur assez grands, longiligne, différent de mes deux premiers adversaires et qui compte dix combats (sept victoires, trois défaites, ndlr) à son actif."

Ses objectifs de la saison

"À court terme, j'aimerais enchaîner les combats. Il m'en manque deux pour boucler l'année. Nous allons les programmer dans un temps restreint, dans l'idéal en septembre, puis en décembre. Avec toujours cette quête de se préparer au mieux pour les championnats du monde et le titre, mais pas encore dans l'immédiat. C'est un objectif à plus long terme, d'ici deux à trois ans."

LIRE AUSSI : PORTRAIT. Hugo Micallef, prince des rings à la sensibilité artistique