Pratique

Coup de projecteur sur la nouvelle saison de l’Institut audiovisuel de Monaco

l_inconnu-de-shandigor-institut-audiovisuel
« L'Inconnu de Shandigor » : Marie-France Boyer et Ben Carruthers / DR - Cinémathèque suisse

« Les jardins secrets » est le thème du programme de la saison 2022/2023 qui a été dévoilé fin septembre.

La nouvelle saison de l’Institut audiovisuel compte séduire le public avec un casting de cinéastes de haute voltige. Il y a les incontournables comme Hitchcock, Truffaut ou Cronenberg qui n’avait jamais été programmé jusqu’alors – mais aussi des moins connus à l’image d’Alain Cavalier. Ce cinéaste travaille autour de lui, de son jardin secret et livre « des films universels », explique le Vincent Vatrican, Directeur de l’Institut audiovisuel de Monaco sur Monaco Info.

Si le programme ne contient pas de film de Jean-Luc Godard qui nous a quittés au moment du bouclage de la programmation le 13 septembre dernier, un clin d’oeil est tout de même fait au maitre suisse. « À JLG, totalement », peut-on lire dans l’incipit.

On été sélectionnés des films qui donnent une idées très large de ce qu’est le cinéma, avec des oeuvres de 1929 à nos jours, de différents pays et mouvements du cinéma et qui abordent des thèmes bien divers. Les cinéphiles ont déjà retrouvé La folle ingénue d’Ernst Lubitsch fin septembre et Holy Motors le 4 octobre, un long-métrage Carax réalisé presque dix ans avant son célèbre Annette.

Monaco jamais bien loin

Bien d’autres pépites restent à découvrir, comme Pas de printemps pour Marnie, de 1964, une réalisation d’Alfred Hichtcock liée à l’histoire de Monaco et en particulier à celle de Grace Kelly. En effet, c’est a elle que le rôle avait d’abord été proposé pour incarner le personnage principal. Une offre envisagée puis déclinée par celle qui avait déjà quitté Hollywood pour épouser le Prince Rainier III.

LIRE AUSSI : Le Prince Albert II revient sur la carrière de la Princesse Grace dans un documentaire hommage

Robert Mitchum et un policier, avenue d’Ostende à Monaco dans « L’Énigmatique Monsieur D » / DR – United Artists Corporation / Institut audiovisuel de Monaco

Et ce n’est pas la seule référence à la Principauté… Les amoureux de 7e art seront ravis de (re)découvrir L’énigmatique Monsieur D. de Sheldon Reynolds qui, en 1956, a tourné ce film avec Robert Mitchum à Monaco.

A noter que l’Institut audiovisuel de Monaco continue ses soirées labélisées pour cette 19ème saison et collabore avec différentes organisations monégasques comme l’orchestre Philharmonique, la Fondation Prince Pierre et les Ballets de Monte-Carlo. Pour Vincent Vatrican, qui a pensé la programmation avec Jacques Kermabon, il s’agit « de montrer la richesse de la palette culturelle de Monaco ». Le documentaire sur Chet Baker Let’s get lost signé par Bruce Weber en 1988 par exemple, s’intercalera entre deux concerts du Monte-Carlo Jazz Festival.

Les rendez-vous de la petite salle

En complément du cycle de films « Tout l’Art du cinéma » présenté ci-avant, la Petite salle qui est l’espace de diffusion propre à l’Institut audiovisuel de Monaco, a aussi sa programmation. Avec une capacité de 35 places, cet espace intimiste projettera le vendredi 14 octobre un documentaire de Michaël Royer intitulé L’animation française, cet autre cinéma. « En un demi-siècle, l’animation française s’est hissée au troisième rang de la production mondiale grâce à la persévérance et à la créativité des artistes et aux techniciens français », précise l’Institut en description.

© Institut audiovisuel de Monaco

Autre date à inscrire sur vos calendriers : le jeudi 20 octobre pour la projection du documentaire d’Annie Ernaux et de David Ernaux-Briot, Les Années Super 8. Vous découvrirez alors les images privées d’une famille des années 1970 tournées avec l’un des célèbres modèles de caméra lancée par Kodak pour le cinéma amateur.

Les plus petits ne sont pas en reste : un programme a spécialement été conçu pour eux et les premiers ateliers sont prévus lors des vacances d’automne, notamment autour des trucages au cinéma. L’Institut audiovisuel prévoit également des projections certains mercredis après-midi.

Rien ne vaut le film en salle de cinéma

A l’heure du succès de Netflix et autres plateformes de vidéo à la demande, une piqure de rappel est toujours nécessaire : « Rien ne vaut le film en salle de cinéma », insiste Vincent Vatrican. Le Directeur de l’Institut audiovisuel de Monaco persiste et signe : « Entre regarder un film sur une tablette dans un autobus et regarder un film à plusieurs dans une salle de cinema, je crois que le choix est vite fait ».

Tous les rendez-vous cinématographiques d’octobre à juin sont à retrouver sur : https://www.toutlartducinema.mc