Récit

Un chauffeur-livreur renverse un piéton Boulevard d’Italie : prison avec sursis

boulevard-ditalie-monaco
@ Google Street View

Les tests révèlent qu’il avait consommé du cannabis peu de temps avant.

Arrivé avec plus d’une heure de retard à l’audience du mardi 13 décembre dernier, le prévenu, un homme de 36 ans, s’est défendu tant bien que mal. Cet ancien chauffeur-livreur de nationalité française a, à Monaco le 10 octobre dernier, renversé un homme qui traversait au passage clouté situé au niveau du 48 Boulevard d’Italie. Les blessures occasionnées à la victime lui ont valu 25 jours d’ITT (incapacité totale de travail).

« J’avais déjà effectué 14 livraisons »

Il est 9h40 précises quand l’accident se produit. Le chauffeur, au volant de sa camionnette est en plein service. « J’étais fatigué, j’avais déjà effectué 14 livraisons », se remémore-t-il à la barre. Sur les images de vidéosurveillance, la victime est projetée au sol alors qu’elle traverse bien sur le passage piéton. « Le but de traverser sur un passage piéton c’est d’être protégé », s’exclame le Procureur qui tente de mettre le prévenu face à ses responsabilités.

« Je n’ai pas fait exprès ! Je ne suis pas bien depuis… Mon patron m’a téléphoné, ensuite j’ai raccroché, et quand j’ai vu l’homme traverser j’ai freiné. Mon camion étant surchargé, je n’ai pas réussi à m’arrêter à temps. Je ne me suis pas levé le matin pour écraser quelqu’un mais pour travailler. Je vous assure que le cannabis n’avait plus d’effet sur moi », s’échauffe-t-il.

Mais les tests parlent pour lui. Il était bien positif au stupéfiant au moment des faits. D’ailleurs, il avouera au cours de l’audience avoir fêté son anniversaire la veille pendant une bonne partie de la nuit.

19 fois condamné

Tentative de vol, violences, vol en réunion, refus d’obtempérer, détention de stupéfiants, conduite sans permis de conduire et sans assurance, vol avec effraction… En tout, 19 mentions entachent son casier judiciaire.

« Monsieur se présente comme une victime en disant que ce n’est pas de sa faute. Cet accident a complément chamboulé la vie de mon client qui a toujours des séquelles, alors que rien n’a changé pour lui. Je demande une provision de 3 000 euros pour demander une expertise médicale et ainsi estimer le préjudice. »

« Les faits sont graves »

Sur un ton très ferme, le Procureur se lève pour ses réquisitions : « Ce sont vos choix, c’est votre faute. Non, cela n’arrive pas à tout le monde. Les faits sont graves. Involontaires, mais graves. Je demande un mois de prison et une interdiction de conduire à Monaco pendant 5 ans. »

Après délibération, le tribunal est plus clément et condamne l’homme à 4 mois de prison avec sursis et une interdiction de conduire en Principauté de 3 ans. Les magistrats soulignent également qu’une expertise médicale aura lieu, comme demandé par l’avocat de la victime. La somme à avancer est cependant ramenée à 1 500 euros. Il y aura donc une nouvelle date d’audience pour discuter du préjudice.

LIRE AUSSI : Prison ferme pour avoir volé 73 euros dans un distributeur de boissons

Si le prévenu déclare aujourd’hui percevoir 800 euros de revenus, le Président du tribunal a pris le temps de lui expliquer comment bénéficier d’un avocat commis d’office. Il lui a même conseillé de se rapprocher des assurances pour les sommes à payer, qui pourraient être de l’ordre de « plusieurs dizaines de milliers d’euros ».