Publicité »
Récit

Coupe de France : L’AS Monaco se saborde face à Rodez

AS-Monaco
©AS Monaco

Les Monégasques ont été éliminés pour leur entrée en lice dans la compétition en s’inclinant aux tirs au but face à Rodez (2-2, 4 TAB 5), pensionnaire de Ligue 2

Le match : 2-2 (4 TAB 5)

Ils pourront nourrir d’immenses regrets. Après une entame de match largement à leur avantage et parfaitement bien lancée par les réalisations de Maghnes Akliouche (1-0, 23’) et de Wissam Ben Yedder (2-0, 37’), les Monégasques ont vu Rodez réduire l’écart en fin de première période par l’intermédiaire de Joseph Mendes (2-1, 42’).

Publicité

Si Monaco s’est procuré des occasions pour faire le break, les hommes de Philippe Clement ont manqué de réalisme et ont laissé les locaux revenir dans la partie grâce à une réalisation d’un ancien du Rocher, Aymen Abdennour (2-2, 80’).

Emmené dans une séance de tirs au but indécise, les Monégasques ont eu la balle de match, après la parade de Thomas Didillon. Mais Aleksandr Golovin a manqué sa tentative, laissant Rodez revenir une nouvelle fois.

Soungoutou Magassa en échec, Andy Pembélé a offert la victoire aux siens en inscrivant le dernier tir au but d’une séance qui aura finalement tourné à l’avantage du pensionnaire de Ligue 2.

Publicité »

Demi-finaliste l’an passé, l’AS Monaco voit déjà son aventure prendre fin pour son entrée en lice dans la compétition. Prochain rendez-vous pour les Monégasques, ce mercredi (21h) sur la pelouse du FC Lorient.

Le joueur : Maghnes Akliouche délivre son compteur 

Titularisé en soutien de Wissam Ben Yedder, le jeune milieu de terrain offensif monégasque a marqué les esprits.

À l’origine de nombreuses offensives, Maghnes Akliouche a été récompensé en première période en inscrivant son tout premier but chez les professionnels d’une puissante frappe du gauche (23’).

Publicité »

Proche du doublé au retour des vestiaires, le virevoltant Akliouche a vu sa tête à bout portant repoussée par Sébastien Cibois (51’). Sorti à l’heure de jeu au profit d’Aleksandr Golovin (61’), le natif de Tremblay-en-France a certainement fait bonne impression aux yeux de Philippe Clement.

La phrase : « On le sait, les tirs au but c’est toujours compliqué »

Philippe Clement : « On le sait, les tirs au but c’est toujours compliqué. L’un des meilleurs joueurs de ces derniers mois rate sa tentative et derrière un jeune prend ses responsabilités. Il y a beaucoup de grands joueurs qui ont manqué des penalties, encore récemment à la Coupe du Monde.»