Publicité »
Publicité »
Tribune

Céline Cottalorda : « Faire évoluer les mentalités est indispensable pour que la société change »

MKA-PORTRAIT CÉLINE COTTALORDA-1
@ Direction de la Communication

En charge de coordonner les politiques publiques en matière de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes et de lutte contre les violences et discriminations dont elles sont victimes, le Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes de Monaco mène également des actions de sensibilisation à l’occasion des journées internationales.

Publicité

Pour la Journée internationale des droits des femmes, célébrée le 8 mars, les classes de CE1 des établissements scolaires de Monaco ont participé à la création d’une œuvre collective de l’artiste Mr One Teas portant sur la thématique : « Les femmes et le sport vus par le prisme de la nouvelle génération ».

L’œuvre finale met à l’honneur la figure d’une pionnière dans le monde du sport féminin. Dans le cadre du WATCH de Peace and Sport, une plateforme numérique qui vise à partager toutes les informations liées à la paix par le sport, la Déléguée interministérielle pour les droits des femmes, Céline Cottalorda, est revenue sur le choix de cette thématique.

Cette année, nous avons décidé de promouvoir l’égalité entre les femmes et les hommes à travers le sport car il s’agit d’un vecteur puissant pour faire évoluer les mentalités. Or, faire évoluer les mentalités est indispensable pour que la société change et que les droits des femmes progressent.

Le choix de cette thématique souligne l’attachement de longue date de la Principauté au développement du sport, y compris du sport féminin. En 1921, sous l’impulsion du Prince Albert Ier, du Président la Société des Bains de Mer, Camille Blanc, et de l’International Sporting Club de Monaco, la Principauté a accueilli les premières Olympiades Féminines, un évènement précurseur qui témoignera du soutien de la Principauté au développement du sport féminin.

Aujourd’hui, à Monaco, beaucoup de femmes occupent d’ailleurs des postes à responsabilité au sein d’instances dirigeantes dans le domaine sportif. Le fait d’avoir choisi une thématique en lien avec le sport pour la journée du 8 mars s’inscrit dans le contexte actuel avec la Coupe du monde féminine de football aura lieu cette année et les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 qui seront les premiers Jeux à afficher une stricte parité entre les femmes et les hommes.

Malgré des avancées, beaucoup d’idées reçues et de stéréotypes subsistent. La pratique de certains sports, à l’instar du rugby ou même du football, demeure genrée et les femmes ont toujours une place limitée dans le monde du sport. Les inégalités salariales entre les athlètes professionnelles et leurs homologues masculins sont encore importantes, les femmes sont nettement sous-représentées dans les organes de décision sportifs et le sport féminin peine à trouver une visibilité dans les médias.

Il est néanmoins primordial que les jeunes filles puissent s’identifier à des modèles féminins qui incarnent l’exemple, donnent une image valorisante de la femme et incitent des jeunes femmes à suivre leur parcours. Vecteur d’émancipation pour les filles et les femmes, le sport permet de se dépasser, de prendre confiance en soi et de transmettre des valeurs faites de respect, de tolérance et d’humanité.

Il permet d’abattre les frontières sociales et culturelles, mais aussi de lutter contre les préjugés et les stéréotypes de genre qui interviennent très tôt dans la construction de la personnalité des enfants. Il était donc essentiel que le Comité pour la promotion et la protection des droits des femmes sensibilise les jeunes filles et garçons et leur transmette un message fort d’égalité et d’émancipation par le sport à l’occasion du 8 mars.

Céline Cottalorda