Publicité »
Tribune

Comment le Prince Rainier III imaginait-il l’an 2000 ?

prince rainier iii an 2000
Une nouvelle exposition retrace la vie professionnelle et personnelle du Prince Rainier III. © Detaille – Archives du Palais princier

La réponse se trouve dans une revue du Club Allemand International, publiée en 1974.

2023 n’est pas une annĂ©e comme les autres en PrincipautĂ©. Monaco cĂ©lèbre en effet le Centenaire de l’anniversaire du Prince Rainier III, nĂ© le 31 mai 1923. Les festivitĂ©s, rĂ©cemment dĂ©taillĂ©es par la Princesse StĂ©phanie au cours d’une interview, dĂ©buteront donc en mai, avec, notamment, une grande fĂŞte populaire sur la Place du Palais.

Publicité

SurnommĂ© « le Prince Bâtisseur », le Prince Rainier III a apportĂ© de nombreuses transformations Ă  la PrincipautĂ©. Grand visionnaire, le Prince avait mĂŞme rĂ©digĂ© un article paru en français et en allemand dans la revue annuelle du Club Allemand International, dont il Ă©tait PrĂ©sident d’Honneur, en 1974.

Le Prince Rainier y exposait alors sa vision de l’an 2000 Ă  Monaco, plus de 25 ans auparavant :

Publicité »

« La PrincipautĂ© de Monaco en l’an 2000

Il est visible que Monaco a subi une transformation profonde au cours de ces vingt-cinq dernières annĂ©es, et il faut s’en fĂ©liciter, mĂŞme si certains le dĂ©plorent.

Il faut aussi s’attendre, de façon certaine, Ă  ce que l’aspect gĂ©nĂ©ral de la citĂ© soit Ă  nouveau modifiĂ© dans le dernier quart de ce siècle ; mais comment dĂ©crire en si peu de lignes et dans l’incertitude des temps, les transformations qui auront lieu ?

Publicité »

Comment prĂ©voir avec exactitude aujourd’hui ce qui se fera demain ?

Une chose est certaine : le Rocher, centre historique et cœur de la Principauté, avec sa vieille ville et ses monuments témoins du passé, seront entièrement préservés, car ils demeureront les preuves et les symboles de la pérennité de la Principauté et de son indépendance.

D’autres monuments subsisteront aussi bien sĂ»r ; ceux-ci, pour ĂŞtre moins anciens, n’en reprĂ©sentent pas moins, par leur importance, le symbole du prestige et du renom de Monte-Carlo de la « grande Ă©poque » : le Casino avec ses terrasses et ses boulingrins, l’HĂ´tel de Paris, l’HĂ´tel Hermitage, les jardins du Casino, etc…; et puis, ici et lĂ  des propriĂ©tĂ©s privĂ©es, des villas, des jardins et des espaces verts seront aussi prĂ©servĂ©s et mis en valeur.

Le nouveau Monte-Carlo, celui des SpĂ©lugues et celui du Bord de Mer, aura achevĂ© sa mĂ©tamorphose ; il sera devenu le quartier de luxe et de loisirs, mais aussi le centre international du tourisme d’affaires, comprenant un Centre de Congrès-Auditorium moderne, des hĂ´tels neufs et des immeubles d’habitation de grand standing.

prince rainier iii revue club allemand
Photo du Prince parue dans la revue du Club Allemand International, 1974

La Condamine, les quartiers de la Gare et de la Colle auront rénové entièrement leur habitat,

Partout la modernisation aura Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©e d’une manière rĂ©flĂ©chie et Ă©tudiĂ©e pour apporter aux habitants des divers quartiers plus de confort et d’agrĂ©ment dans le souci principal d’amĂ©liorer toujours la qualitĂ© de la vie urbaine dans un environnement devenu plus clair, plus lumineux, au milieu d’espaces verts, de fontaines et de terrasses fleuries.

Mais c’est Ă  Fontvieille que les mutation auront Ă©tĂ© les plus grandes. DĂ©jĂ  nous aurons vu surgir des flots une vaste plateforme, un terrain vague. D’ici la fin du siècle, cette Ă©tendue se sera bâtie ; un quartier nouveau y prendra vie, sans modernisme outrancier, mais dans le respect et l’imposition d’une architecture d’inspiration mĂ©diterranĂ©enne. C’est lĂ , dans la rĂ©serve foncière que nous avons constituĂ©e, que seront satisfaits les besoins futurs de la collectivitĂ©, ente autres : un lycĂ©e, un stade, un centre commercial, des services publics, le tout noyĂ© dans une gĂ©nĂ©reuse verdure qui recouvrira mĂŞme certaines voies. De vastes parkings accueilleront les habitants et les visiteurs de cette nouvelle urbanisation. LĂ  aussi les immeubles abriteront des cadres, une population active ainsi que des bureaux commerciaux et des industries lĂ©gères ne crĂ©ant aucune nuisance ni aucune pollution. Tout sera mis en Ĺ“uvre pour que les Ă©lĂ©ments de cet ensemble coexistent harmonieusement.

Ce tableau peut paraĂ®tre idyllique, mais nous nous devons d’ĂŞtre de plus en plus exigeants en matière de confort urbain et d’urbanisation des quartiers de la PrincipautĂ©.

Songez aussi qu’au delĂ  du visage de notre citĂ©, il faudra immanquablement dĂ©velopper et moderniser ses Ă©quipements et installations existantes ou Ă  crĂ©er, tels que :

des logements sociaux neufs,

– de nouveaux Ă©tablissements scolaires,

– un centre hospitalier plus complet, mieux Ă©quipĂ©, plus moderne,

d’autres centres culturels et sociaux,

– des bâtiments du culte,

– des rĂ©seaux plus dĂ©veloppĂ©s, renforcĂ©s, pour que la ville soit alimentĂ©e partout et suffisamment en eau, Ă©lectricitĂ©, gaz, tĂ©lĂ©phone… mais Ă©galement pour que les eaux usĂ©es, une fois traitĂ©es, soient dĂ©versĂ©es en mer profonde, nous conservant une mer et des plages propres.

Mais nous devons aussi participer à des travaux régionaux de liaison routière, afin de ne pas nous trouver isolés des grands courants et mouvements de tourisme international.

L’avenir appartient aux optimistes qui, avec rĂ©alisme et mesure, rĂ©soudront les problèmes que l’Ă©volution leur posera. Le bien-ĂŞtre de la collectivitĂ© doit en ĂŞtre le moteur et l’objectif.

Monaco de l’an 2000… un rĂŞve, non ! Une rĂ©alitĂ© qui dĂ©jĂ  se dessine ! »