Publicité »
Reportage

La British School of Monaco a fêté son premier anniversaire en présence du Prince Albert II

british-school-monaco
Le Souverain a visité l'école et rencontré les jeunes élèves - © V. Maselli / The British School of Monaco

Le Souverain a inauguré cette nouvelle école qui dispense un enseignement britannique aux enfants âgés de 5 à 11 ans.

« Petite par la taille, mais grande par l’ambition. » Ce lundi 13 novembre, la British School of Monaco fêtait son premier anniversaire en présence du Prince Albert II, qui a inauguré l’établissement et dévoilé la plaque commémorative de sa visite dans cette école 100% britannique.

Publicité
british-school-monaco-prince-albert-ii-inauguration
Le Souverain a dévoilé la plaque commémorative de l’inauguration de l’école aux côtés de ses deux fondateurs : Olena Prykhodko et Luke Sullivan – © V. Maselli / The British School of Monaco

Etaient également présents Isabelle Bonnal, commissaire général chargé de la direction de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports (DENJS), Patrice Cellario, Conseiller de Gouvernement-Ministre de l’Intérieur et Régis Bergonsi, Conseiller national, représentant la Présidente de l’Hémicycle, Brigitte Boccone-Pagès.

prince-albert-ii-british-school-monaco
Les élèves de l’école ont remis des présents aux officiels venus pour l’inauguration. Le Souverain a reçu des casquettes à destination des Jumeaux Princiers – © V. Maselli / The British School of Monaco

L’occasion de célébrer l’anniversaire mais aussi la croissance de l’école qui, en seulement un an, est passée de 7 à 35 élèves, pour une capacité maximale de 96 enfants. Ces enfants, âgés de 5 à 11 ans (conformément aux standards britanniques) sont répartis dans les six classes que comporte l’établissement.

Publicité »

De tout petits effectifs

« Chaque classe accueille 5 à 6 élèves. Le maximum sera de 16 élèves par classe, lorsque l’école sera pleine », nous explique Olena Prykhodko, cofondatrice de l’établissement aux côtés de Luke Sullivan.

Bien que les cours soient dispensés en langue anglaise, les élèves ne sont pas nécessairement anglophones, bien au contraire ! L’établissement scolaire compte à ce jour 17 nationalités différentes. « Parfois, nous accueillons des enfants qui ne parlent pas du tout anglais, mais ils rattrapent très vite », poursuit Olena.

british-school-monaco-eleves
Dans cette école, le port de l’uniforme et les chaussures noires sont obligatoires – © V. Maselli / The British School of Monaco

Le programme, quant à lui, est entièrement conforme à celui dispensé dans les écoles britanniques. « L’approche de l’apprentissage est un peu différente du système français et monégasque, détaille Olena. Dans notre école, et dans le système anglais, on se concentre beaucoup sur la lecture : les enfants vont lire un livre pendant un trimestre, et beaucoup de matières vont évoluer autour. Les mathématiques, les sciences… Tout est lié. »

Bientôt un élargissement au secondaire ?

Les enseignants, quant à eux, ont été soigneusement triés sur le volet avant « d’être importés depuis le Royaume-Uni. » Tous ont au moins cinq ans de carrière dans l’enseignement primaire, ainsi qu’un Master en éducation ou un statut d’enseignant qualifié.

Publicité »

Une excellence qui a un coût : l’école étant intégralement privée, sans autre financement que celui des familles, ces dernières doivent débourser 35 000 euros par an pour y scolariser leur enfant.

british-school-monaco-prince-albert-ii
Les classes ont une capacité maximale de 16 élèves, ce qui favorise l’apprentissage – © V. Maselli / The British School of Monaco

Si, à l’heure actuelle, la British School of Monaco dispense uniquement un enseignement primaire, elle envisage de s’étendre au secondaire (de 11 à 18 ans). « Nous allons déposer un dossier auprès du Gouvernement, mais notre objectif est de rester une petite école. Le secondaire ne comptera donc pas plus d’une classe par année, soit une centaine d’élèves en tout », conclut Olena Prykhodko.

Privacy Policy