Publicité »
Publicité »
Récit

Médiathèque de Monaco : plongée dans le genre du thriller

thriller
Avec le genre du thriller, l'objectif est de ressentir des émotions particulières, de la peur au frisson, en passant par la tension et le suspense. ©Pixabay

C’est un genre artistique très populaire en France comme à l’étranger. Né dans les années 20 aux États-Unis, le thriller s’est rapidement imposé en littérature comme au cinéma et la Médiathèque de Monaco ne manque pas d’ouvrages et de films cultes où se mêlent suspense et intrigues qui vous tiennent en haleine.

Publicité

To thrill : « Faire frémir ». Aujourd’hui, si le thriller ne se cantonne plus à un seul genre artistique, son origine étymologique reste d’actualité. Dans une atmosphère généralement sinistre, voire glauque et menaçante, le thriller nous présente une société et un monde corrompus, sombres et violents. Ses procédés narratifs sont souvent les mêmes, jouant autour de fausses pistes, de la rétention d’informations qui vont pousser l’esprit du lecteur, ou du spectateur, à s’embrouiller jusqu’au dénouement de l’intrigue.

  • Mon ami Dahmer, Derf Backderf – Éditions ça et là, 2013.
  • Contrition, Carlos Portela et Keko – Éditions Denoël Graphics, 2023.

Les personnages de thrillers présentent des profils homogènes : harceleurs, assassins, psychopathes, prisonniers ou personnages aux passés troubles s’invitent dans les histoires que l’on nous raconte. Dans l’univers de la BD, Nathalie Barbaste-Marro nous présente Contrition, dont l’histoire se déroule en Floride. « Cela se passe dans une petite ville où les délinquants sexuels n’ont pas le droit de vivre à moins de 300 mètres des lieux de vie des enfants », introduit la bibliothécaire. Dans cet État où la pédocriminalité a explosé, les criminels sortis de prison vivent donc dans un quartier qui leur est dédié, Contrition. Lorsqu’un incendie s’y déclare, on croit à un suicide mais est-ce vraiment le cas ? Une jeune journaliste va mener l’enquête, dans une atmosphère pesante créée, à merveille, par le dessinateur Keko sur le scénario de Carlos Portela. Si Contrition se rapproche davantage du roman noir, autre sous-genre du « policier », il n’en reste pas moins une porte d’entrée parfaite dans le monde du thriller et a été récompensé cette année au Festival de la Bande Dessinée d’Angoulême.

Dans un autre registre, Mon ami Dahmer retrace la jeunesse du tueur en série américain Jeffrey Dahmer. « Le narrateur est quelqu’un qui était à l’école avec lui et qui raconte ce jeune homme, certes un peu renfermé mais qu’on imagine pas devenir un Serial Killer », développe Nathalie Barbastre-Marro. Une plongée dans l’histoire de ce jeune homme qui va réaliser son premier meurtre à l’âge de 18 ans. Si la série Dahmer, produite par Netflix en 2022, vous a plus, Mon ami Dahmer viendra compléter les secrets du « cannibale de Milwaukee » dévoilées par cette dernière.

  • Le talentueux M.Ripley, Patricia Highsmith – Éditions Calmann Levy, 2018.
  • Le faucon maltais, Dashiell Hammett – Éditions Folio Policier, 2019.

Le thriller, comme tout genre artistique, a ses références, ou du moins les premières références populaires qui le propulsent sur le devant de la scène. « Ce genre est né aux États-Unis, un peu avant la Première Guerre mondiale, au moment de la prohibition et des gangs. C’est là que le thriller est né, » retrace Sophie Gargiulo, bibliothécaire. « Et l’un des premiers à écrire des thrillers, c’est Dashiell Hammett. » Le Faucon de Malte, réédité sous le nom Le faucon maltais, est considéré comme l’un des chefs-d’oeuvre du roman noir, dont l’intrigue et l’ambiance cochent de nombreuses cases du thriller. Ouvrage qui sera d’ailleurs adapté au cinéma dès 1941.

À ses côtés, la romancière américaine Patricia Highsmith est connue pour ses thrillers psychologiques, caractérisés par des manipulations psychologiques, des traques ou des harcèlements liés à des obsessions, frisant parfois avec le genre de l’horreur.

  • 1991, Franck Thilliez – Éditions Fleuve, 2021.
  • La Vallée, Bernard Minier – XO Éditions, 2020.
  • Le Jour des cendres, Jean-Christophe Grangé – Éditions Albin Michel, 2020.

Les auteurs français sont également « beaucoup empruntés » à la Bibliothèque Louis Notari. Parmi eux figurent Franck Thilliez, Bernard Minier et Jean-Christophe Grangé. Les parutions de ce dernier sont les plus anciennes, ayant débuté dans les années 1990. Avec Le Vol des cigognes en 1994, l’auteur reçoit un bon accueil critique mais ce sera son second roman, Les Rivières pourpres, paru en 1998, qui deviendra numéro 1 des ventes et fera l’objet d’une adaptation au cinéma deux ans plus tard par le réalisateur Mathieu Kassovitz. Un thriller où des enquêtes sont menées en France au sujet de meurtre aux mises en scène macabres.

Le premier roman de Bernard Minier, Glacé, est paru en 2011 et est aujourd’hui traduit dans 22 langues. Un succès fulgurant pour son personnage, le commandant Martin Servaz, un policier de Toulouse profondément humain et lettré, confronté à une série de crimes aussi épouvantables qu’incompréhensibles dans les Pyrénées au cœur de l’hiver. Le Cercle (2012), N’éteins pas la lumière (2014), Nuit (2017), Sœurs(2018), La Vallée (2020), La Chasse (2021) et Un œil dans la nuit (2023) renouent avec le même personnage.

En illustration du succès remporté par le genre littéraire en France, Franck Thilliez est lui classé en quatrième position dans la liste des auteurs de romans francophones ayant vendu le plus de livres en 2020 selon l’institut d’études de marché GfK. 1991 (2021) revient sur la première enquête menée par son personnage, le commissaire Franck Sharko, alors qu’il n’avait que 30 ans.

  • Le silence des agneaux, réalisé par Jonathan Demme et sorti en 1991.
  • Mississippi Burning, réalisé par Alan Parker et sorti en 1988.
  • Blade Runner, réalisé par Ridley Scott et sorti en 1982.
  • Plein Soleil, réalisé par René Clément et sorti en 1960.

La Médiathèque de Monaco, c’est également une vidéothèque qui fera le bonheur des amateurs de cinéma. Et il était difficile d’évoquer le genre du thriller sans rendre hommage au cinéma qui l’a grandement démocratisé. Le thriller est souvent associé aux films de genre policier, tel que Le silence des agneaux, sorti en 1991, « et il est vrai que c’est très souvent le cas », nous confirme le documentaliste Tristan Gatti. Mais ce serait oublier les innombrables sous-genres nés avec le thriller. Sur la table, le film Blade Runner pourrait être défini comme un thriller de science-fiction, Mississippi Burning, comme un thriller historique. Ce dernier est d’ailleurs l’un des coups de coeur de Tristan Gatti, et à raison. Si vous ne l’avez jamais vu, nous vous recommandons cette adaptation d’un fait réel : l’enquête sur le meurtre de trois jeunes militants pour les droits civiques des Afro-Américains en 1964, dans le Mississippi.

De Fight Club à Usual Suspect, en passant par Inception et Le nom de la Rose, le thriller correspond à un éventail très large de films, dont certains ont été d’importants succès critiques. Ils sont à emprunter à la vidéothèque monégasque.