Le plan national pour le logement a été présenté à la presse par le prince Albert en personne. C’est dire l’importance accordé à ce dossier en principauté.

Le lundi 11 mars est à marquer d’une croix blanche dans l’histoire de la principauté. Pour la première fois, le prince Albert II s’est adressé à la presse. Accompagné du président du conseil national Stéphane Valeri et du ministre d’Etat Serge Telle, le souverain a tenu à officialiser personnellement le plan national pour le logement des Monégasques. Ce plan, conçu pour les quinze prochaines années, constitue une « priorité absolue », a-t-il martelé devant la presse.

Une démographie croissante

D’après l’Institut monégasque de la statistique et des études économiques (Imsee), les nombre de Monégasques augmentera de 9 300 aujourd’hui à 10 770 en 2033. Or, seuls deux tiers des foyers monégasques disposent d’un logement domanial. L’objectif visé est de porter ce seuil à trois quarts. Concrètement, 5% des Monégasques résident à l’étranger et 10% habitent un appartement dont ils sont propriétaires. Les autres sont logés dans le privé et bénéficient, le cas échéant, des aides publiques.

Le plan prévoit ainsi la construction de 1 831 logements neufs. L’objectif est de porter la capacité du parc domanial à 4 548 unités. Si l’on déduit les destructions prévues, il devrait donc s’accroître de 43% d’ici quinze ans.  En moyenne, 122 logements neufs seront livrés chaque année.

Trois phases de travaux

Cette opération d’envergure a été minutieusement pensée. Il s’agit en effet de respecter l’équilibre des quartiers de Monaco et de permettre aux Monégasques de résider partout sur le territoire. « Ce plan profitera aussi aux Enfants du pays qui pourront occuper des appartements du secteur protégé libérés par des Monégasques. Nous relèverons ce défi », a conclu le prince Albert II.

Trois tranches de travaux sont d’ores et déjà prévues. La première a déjà été entérinée dans le budget primitif 2019 du Conseil national. Elle concerne la construction de 712 appartements neufs d’ici 2023, répartis sur trois grands ensembles. A savoir, Grand Ida – un des projets phares de la majorité Primo ! du Conseil national -, Testimonio II,  située entre le boulevard d’Italie et l’avenue Princesse Grace, et Testimonio II bis, finalement bâti à proximité de la villa Florida.

La deuxième tranche de travaux concerne des immeubles situés boulevards de Belgique et d’Italie et dans le quartier de Monte-Carlo. A l’horizon 2029, des opérations sont également prévues sur le site de l’actuel collège à l’Annonciade et sur la caserne des carabiniers. En tout, ce sont 599 appartements neufs – pour un solde net de 558 – qui seront encore livrés entre 2023 et 2033.

Répondre aux besoins

Les immeubles de Bel-Air, de l’Herculis, des Cèdres et des Mélèzes seront au coeur de la troisième tranche de travaux. Des opérations de démolition puis de reconstruction y seront menées et leurs habitants relogés. Pour ce faire, le gouvernement veut s’appuyer sur l’expérience déjà menée aux Jardins d’Apolline et à l’Hélios. Le relogement sera donc gratuit pendant la phase de démolition-reconstruction  et tous les frais liés au déménagement seront pris en charge. « L’assistance sur mesure » sera assurée par Albert Croesi, dont les compétences sont reconnues et appréciées par tous. Entre 2023 et 2032, 520 appartements seront ainsi livrés, pour un solde net de 166 appartements neufs.

La principauté n’en a donc pas fini avec les travaux. Mais chacun se réjouit du bon fonctionnement des institutions monégasques qui permettent d’aboutir à un tel résultat : répondre aux besoins en logements de tous les Monégasques pour les quinze années à venir.