En 2021, l’Automobile Club de Monaco (ACM) organisera exceptionnellement trois Grands Prix avec un Grand Prix historique, un Grand Prix électrique et un Grand Prix de Formule 1.

Dans un communiqué de presse publié ce mardi à midi, l’Automobile Club de Monaco annonce que le Grand Prix de Monaco Historique sera bien organisé au printemps 2021, un an après son report pour cause de Covid-19. Il y aura ainsi le 12e Grand Prix de Monaco Historique (du 23 au 25 avril), le 4e Monaco ePrix (le 8 mai) et le 78e Grand Prix de Formule 1 (du 20 au 23 mai).

Un défi organisationnel 

« Le comité d’organisation de l’Automobile Club de Monaco, après étude de faisabilité, en interne, puis avec l’accord des instances gouvernementales monégasques, a l’immense plaisir d’annoncer que la 12e édition du Grand Prix de Monaco Historique, initialement prévue du 8 au 10 mai 2020, aura exceptionnellement lieu du 23 au 25 avril 2021 », indique le communiqué de presse.

Ce nouveau défi organisationnel ne sera pas de tout repos pour les équipes de l’Automobile Club de Monaco, pour les différents acteurs et Corps Constitués de la Principauté de Monaco ainsi que pour les 3000 bénévoles nécessaires – dont les 650 Commissaires de Piste – à la bonne tenue respective de ces trois événements.

« Une grande première »

« Organiser trois épreuves en l’espace d’un seul mois, ce sera une grande première pour nous tous à l’ACM », explique Christian Tornatore, Commissaire Général de l’Automobile Club de Monaco. « La partie logistique s’annonce complexe, certes, mais pas insurmontable ! De ce fait, nous devrons débuter le montage du circuit plus tôt que d’habitude, à la fin février, plutôt que le 15 mars. Nous intégrerons ensuite les aspects techniques, sur la piste et à l’extérieur, que nécessitent chacune des disciplines que nous accueillons. Pour ce faire, nous comptons sur l’expérience et la disponibilité de toutes les personnes impliquées pour parvenir à nos objectifs…»

En mars, le Grand Prix de Formule 1 de Monaco a été annulé pour la première fois depuis 1954 en raison de la situation sanitaire et de la pandémie du Coronavirus.